AD Delhaize à Gosselies
Plein écran
AD Delhaize à Gosselies © Google

Une infirmière a été refoulée à l’AD Delhaize de Gosselies: “C’est fort!”

Il y a une dizaine de jours, l’AD Delhaize à Gosselies (Charleroi) avait pris une mesure drastique pour empêcher ses clients de dévaliser ses rayons sans la moindre raison suite au coronavirus. Le magasin avait décidé de limiter la vente à deux articles par famille de produits. Les réactions qui ont suivi sur les réseaux sociaux étaient globalement positives. Mais la semaine passée, une infirmière a passé un gros coup de gueule contre le supermarché via son compte Facebook. Elle nous a contacté pour nous en faire part.

Marlène De Naeyer s’est vu refusé l’entrée de l’AD Delhaize à Gosselies le jeudi 19 mars et l’infirmière a du mal à l’avaler: “Après une garde de nuit de 12 heures, je voulais juste aller me chercher un petit déj’ et du lait pour mon bébé. Je me suis fait recaler à l’entrée parce que c’était réservé aux plus de 65 ans.” En effet, elle était arrivée entre huit et neuf heures du matin. Or, le groupe Delhaize a décidé depuis le 16 mars dernier de réserver cette heure-là aux seniors suite à la crise du coronavirus.

Preuves

“Photo à l’appui de ma garde de cette nuit, de mon badge et zéro cas de Covid-19 là où je travaille... Rien à faire. ‘C’est la loi’ me dit le gérant. Je n’ai qu’à repasser en journée. Ben oui, c’est vrai qu’après quatre heures de sommeil sur les deux jours précédents, je vais me lever en pleine journée pour faire mes courses. Et je dis à mon bébé qu’il n’a qu’à attendre dix heures pour manger.” 

Marlène De Naeyer explique qu’il lui était impossible de trouver du lait ces derniers jours en dormant la journée et en arrivant le soir car les étalages étaient vides: “C’était la razzia sur les laits et petits pots bébés.”

Seniors

“En prime, j’ai même eu droit à une belle explication sur le respect des seniors. À une infirmière qui travaille depuis 18 ans exclusivement auprès des plus âgés à domicile et en maison de repos, c’est fort!”

Contacté par nos soins, le responsable du supermarché, Kevin De Buyst, reconnaît qu’il n’a pas laissé entrer cette infirmière: “C’est une mesure adoptée par Delhaize au niveau national. Je comprends son énervement car elle était extrêmement fatiguée. Mais si nous réservons une heure au matin pour les seniors, c’est pour leur garantir un maximum de sécurité.”

Il s’en explique: “Entre six et huit heures chaque matin, nous nous efforçons de désinfecter tous les rayons. Comme ça, les personnes de plus de 65 ans qui encourent le plus de risques d’attraper le coronavirus peuvent faire leurs courses en toute sérénité. Or, les gens qui travaillent au sein des services hospitaliers sont fortement exposés au virus. Nous ne souhaitons pas prendre le risque d’une contamination des plus faibles.”

Réflexion

Toutefois, l’incident a fait réfléchir notre interlocuteur et il a pris une décision pour éviter que cela ne se reproduise: “Désormais, notre magasin sera ouvert entre 19 heures et 22 heures exclusivement pour les corps de métier qui sont en première ligne face au coronavirus. Cela vaut pour tout le personnel médical, mais aussi les policiers, les livreurs ou les journalistes... Leurs familles sont également les bienvenues.”

Un arrêté ministériel du 23 mars adopté dans le cadre de la lutte contre le coronavirus fixe les heures d’ouverture maximales des magasins d’alimentation entre sept heures et 22 heures. D’habitude, la loi autorise l’ouverture de ces commerces entre huit heures et 20 heures à l’exception du vendredi ou veille de jour férié où une prolongation est autorisée jusqu’à 21 heures.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.