Plein écran
© Capture d'écran.

Une journaliste suisse sur le crash de l'autocar: "Normal, il est belge"

Regula Stämplfli est journaliste et politologue reconnue en Suisse. Inconnue jusqu'alors en Belgique, elle fait désormais parler d'elle suite à une chronique pas piquée des vers publiée la semaine dernière à propos de l'accident de car à Sierre.

"Un autocar belge qui roulait en Suisse a causé la perte de 28 personnes, dont 22 enfants. Ma première réaction spontanée en tant que parent est: 'Oh non! Quelle horreur! La deuxième: ça ne me surprend pas. Un autocar belge - en insistant sur belge". Voilà comment Regula Stämplfi débute son billet, publié en allemand sur le site internet News.ch, et traduit en français sur un blog par un citoyen belge.

"Dans le cas du chauffeur d'autocar belge, cela signifie que l'éducation, le contrôle, la technique de conduite, l'équipement de l'autocar sont, en Belgique, du même niveau qu'un pays du tiers-monde ou moins encore", poursuit la journaliste qui semble avoir une très mauvaise image de notre pays.

"Un pays duquel ne sait sortir que du mal"
Elle propose encore de "créer le nom 'Belgisation' dans le jargon des infrastructures routières pour désigner un pays où tout est possible et où aucun coupable ne doit jamais purger sa peine, un pays qui représente le président européen, duquel ne sait sortir que du mal, sauf le chocolat, les moules et frites ainsi qu'une certaine humeur surréaliste".

Regula Stämpfli va plus loin en osant en post scriptum une référence à Marc Dutroux dont on peut se poser la question du lien avec le dramatique accident de Sierre: "Un contexte belge qui ne devra jamais être oublié, écrit-elle: un juge a pardonné et libéré, dans les années 90 après quelques mois seulement, un violeur et meurtrier d'enfants condamné à mort. Il a été promu juge européen peu après par la Commission Européenne et le Parlement Européen. Vive la Belgique!"

Amalgame, dites-vous?

L'article a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Une pétition circule sur internet afin de réclamer le retrait de l'accréditation de Regula Stämpfli en tant que journaliste.

Retrouvez l'entièreté du texte ici.