Plein écran
Le “Titi Waka” à Walibi. ©

Une montagne russe de Walibi évacuée à cause d’un incident technique

Mise à jourUn incident technique s'est produit sur la montagne russe familiale Tiki-Waka du parc d'attractions Walibi. Celle-ci a nécessité l'évacuation des utilisateurs. Le parc wavrien confirme jeudi cette information donnée par RTL. Les visiteurs ont été mis en sécurité sans intervention d'équipe de secours. C'est le personnel du parc qui a géré la situation, et aucun blessé n'est à déplorer. 

L’incident a pu être résolu en cours d’après-midi. Peu après 15h30, les responsables du parc ont en effet confirmé la réouverture de la montagne russe. 

Seule cette attraction, un roller coaster qui ne comporte pas de looping et qui se compose de petites voitures de quatre places déjà accessibles pour les enfants mesurant un mètre, a été touchée par le problème.

"Il y a eu un incident technique sur cette attraction familiale, et nous avons procédé à une évacuation: les visiteurs sont en sécurité et nous rouvrirons l'attraction dès que possible. Je ne peux pas dire grand-chose de plus", indique Marie-France Adnet, la chargée de communication du parc d'attraction. 

Le roller coaster Tiki Waka est situé dans la nouvelle zone "Exotic World" du parc d'attraction Walibi. Il a été mis en service au printemps 2018 et fait partie de la première phase d'un plan d'investissements de 100 millions d'euros, s'étendant jusqu'à 2023 pour renouveler la majeure partie du parc avec de nouvelles thématisations et l'ajout d'attractions. 

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.