Paul Magnette (PS) et Georges-Louis Bouchez (MR)
Plein écran
Paul Magnette (PS) et Georges-Louis Bouchez (MR) © Photo News

Une nouvelle taxe pour ceux qui gagnent plus de 41.000 euros par an? Magnette dénonce la “fake news” de Bouchez

Bouchez vs Magnette. Round 17.348. Les présidents du MR et du PS se sont livrés une nouvelle passe d'armes sur les réseaux sociaux. À l’origine de l'échange, un débat sur la réduction des salaires des “hauts revenus” et un tweet du Montois assurant que les socialistes francophones souhaitent taxer davantage les personnes qui perçoivent plus de 41.000 euros par an. “Une fake news”, selon son homologue.

  1. “Je ne sais pas combien je gagne”: cette séquence sur les salaires des politiques fait réagir

    “Je ne sais pas combien je gagne”: cette séquence sur les salaires des politiques fait réagir

    Une séquence tournée par nos confrères du RTL info dans les couloirs de la Chambre ce jeudi n'est pas passée inaperçue. Alors que la question d'une réduction symbolique des salaires des ministres et députés se trouve actuellement sur la table, la chaîne privée a demandé à certains élus combien ils gagnent par mois. Certains se sont montrés hésitants, notamment le ministre Georges Gilkinet, incapable de répondre à la question.
  1. 10.000 euros de plus pour les ministres grâce à l'indexation: indécent en temps de crise? Les politiques répondent

    10.000 euros de plus pour les ministres grâce à l'indexati­on: indécent en temps de crise? Les politiques répondent

    Alors que de nombreux citoyens et entreprises paient un lourd tribut à la crise énergétique, la question de l’indexation automatique des salaires pour les ministres et les hauts revenus fait débat. Grâce aux indexations successives, les membres du gouvernement ont vu leurs émoluments augmenter de manière considérable, jusqu’à 10.000 euros brut depuis avril, en sachant qu’un ministre perçoit environ 250.000 euros brut par an. Selon une information de nos confrères du Soir, le Premier ministre Alexander De Croo va déposer lundi prochain une “note technique” à ce sujet au nom de la “sobriété politique”. Il s’agit de l’un des points à l’agenda du conclave budgétaire qui a débuté ce vendredi après-midi.