Plein écran
Pierre Lallemand & Partners © Pierre Lallemand & Partners

Une oasis de 3 étages entre la Toison d’Or et le bd de Waterloo: le projet audacieux des commerçants du quartier

Des commerçants et acteurs économiques du boulevard de Waterloo et de l'avenue de la Toison d'Or dans la capitale ont déposé la semaine dernière une demande de permis d'urbanisme pour un projet d'aménagement dessiné par l'architecte Pierre Lallemand. Ce dernier a été présenté mercredi dans ses bureaux situés à Ixelles.

La démarche est atypique. Les partisans au projet espèrent par cette demande de permis amener les pouvoirs publics à s'inscrire dans un dialogue afin de trouver un consensus pour l'aménagement de ces artères, qui selon eux périclite. La faute autant aux aménagements qu'au défaut d'identité du lieu, selon les commerçants. 

"Si on veut créer un lieu qui est une force, une visibilité, il est indispensable que celui-ci soit 'un' ", estime Pierre Lallemand. "Pour qu'il soit 'un', il faut créer un lien entre les deux rives. Or aujourd'hui, ces deux axes commerciaux fonctionnent un peu comme des magasins de digues de mer, mais avec pour tout horizon des voitures garées.”

Les piétons suivraient un parcours sinusoïdal entre des magnolias et des cerisiers

Le projet prévoit de ne laisser qu'une centaine d'emplacements pour voitures en surface sur les quelque 360 existants afin de voir émerger un jardin d'hiver de 4.000 m2 implanté sur 3 étages dans des bulles faites de verre et de bois. Cette oasis urbaine serait prédisposée à accueillir des activités culturelles diverses. Il formerait aussi un lien remarquable entre les deux côtés du boulevard, dont les trottoirs seraient élargis dans des dimensions identiques. Les piétons suivraient un parcours sinusoïdal entre des magnolias et des cerisiers. Dans chaque sens, les circulations dites de transit se feraient sur deux voies limitées à 30 km/h pour les voitures et sur une voie à sens unique pour les vélos.

S'il fait la part belle aux habitants, aux piétons et aux cyclistes, l'autre projet soutenu par Pascal Smet, le ministre en charge de la Mobilité au sein du gouvernement bruxellois sortant, manque d'attractivité selon les commerçants. Le jardin d'hiver permettrait d'attirer plus de touristes dans les magasins, pensent ces derniers.

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.