Plein écran
© Photo News

Une partie de l'espace aérien belge fermée cette nuit

Une partie de l’espace aérien belge sera à nouveau fermée durant la nuit de vendredi à samedi, a-t-on appris vendredi chez Skeyes, la société chargée de son contrôle. Le secteur est du ciel belge sera ainsi indisponible entre 1h30 et 4h30. L’impact, qui aurait surtout dû se faire ressentir à l’aéroport de Liège, spécialisé dans le fret et qui reste très actif durant la nuit, sera cependant minime. D’après un porte-parole de Skeyes, cette fermeture s’explique par un nombre insuffisant d’aiguilleurs du ciel pour remplacer des collègues malades.

Liège Airport ne sera toutefois pas complètement à l’arrêt. Comme lors de précédentes perturbations, il fera en effet appel à des contrôleurs aériens allemands travaillant depuis les environs de Francfort. Ils accompagneront les vols, via un couloir aérien, depuis l’Allemagne jusqu’aux environs de Liège. C’est ensuite la tour de contrôle de Bierset qui prendra le relais. Grâce à cela, tous les vols qui y sont prévus pourront être assurés, assure-t-on chez Skeyes.

Il ne devrait par contre pas y avoir de perturbations pour les autres aéroports du pays, en ce compris à Brussels Airport. Elles seraient dans tous les cas très limitées.

C’est la deuxième fois cette semaine qu’une partie de l’espace aérien belge est fermée la nuit en raison d’un manque de personnel chez Skeyes, où un conflit social est en cours depuis plusieurs mois. La direction avait bien abouti à un accord social au mois de mai mais celui-ci n’avait été approuvé que par un seul syndicat sur les trois représentés. Les négociations sur le texte se poursuivront ce lundi.

  1. Les “veuves de l’EI” Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal seraient en Turquie
    Mise à jour

    Les “veuves de l’EI” Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal seraient en Turquie

    Les combattantes belges en Syrie Tatiana Wielandt, 27 ans, et Bouchra Abouallal, 26 ans, ainsi que leurs enfants ne se trouveraient plus en Syrie mais en Turquie, a-t-on appris mercredi au tribunal de première instance néerlandophone de Bruxelles. Leur avocat, Me Walter Damen, avait introduit une action en référé devant ce tribunal exigeant que la Belgique rapatrie ses ressortissants, femmes et enfants, ou tente au moins de le faire, mais cette procédure est maintenant abandonnée.