Plein écran
Rachida a été reçue par un infirmier qui a refusé de lui serrer la main sous prétexte qu'elle était "impure". © Mine Dalemans

Une patiente accuse un infirmier de racisme: “Il a refusé de me serrer la main”

Alors qu’elle était à l’hôpital Sint-Franciscus de Heusden-Zolder (Limbourg) vendredi dernier pour passer un examen médical, Rachida a été reçue par un infirmier qui refusait de lui serrer la main. “Je n’ai pas le droit de serrer la main d’une femme, sinon je dois me laver rituellement les mains”, lui aurait-il lancé. “J’étais sa patiente et il ne voulait même pas me toucher”, a raconté la mère de famille à Het Laatste Nieuws. 

Rachida, qui est elle aussi infirmière, s’est rendue vendredi au service de radiologie de l’hôpital Sint-Franciscus pour une entorse à l’orteil. “J’avais très mal au gros orteil et je suis allée passer un scanner. Lorsqu’un infirmier turc est venu me chercher dans la salle d’attente, j’ai voulu lui serrer la main. Mais à ma grande surprise, il a refusé. ‘Je n’ai pas le droit de serrer la main d’une femme, parce que c’est ce que dit le Coran’”, m’a-t-il dit. ‘Si je le fais, je dois me purifier rituellement les mains’”.

Rachida, qui a elle-même des origines marocaines, a été particulièrement choquée par l’attitude de l’infirmier. “Nous n’avons pas la vie facile en tant qu’étranger en Flandre. Le racisme est de plus en plus présent un peu partout. Et puis cet homme en rajoute une couche. Ça donne du grain à moudre à ceux qui pensent que les immigrés feraient mieux de dégager. Je me suis vraiment mise en colère contre cet homme. Même pendant l’examen, il a refusé de me toucher. Alors que je suis sa fichue patiente. Qu’est-ce que le Coran a à voir avec le traitement des personnes malades?”

Lors de son examen médical, Rachida était accompagnée de sa fille de six ans. “Le fait qu’il m’ait humiliée devant ma fille ne fait qu’empirer les choses pour moi”, ajoute-t-elle. “Serrer la main de quelqu’un est une forme élémentaire de politesse en Belgique. Cela n’a rien à voir avec la foi”.

Enquête en cours

Contacté par nos confrères de Het Laatste Nieuws, l’hôpital confirme qu'il y a bien eu un incident vendredi. “Nous avons reçu une plainte à notre service de médiation et nous allons maintenant l’examiner de plus près", a déclaré Kristien Elsen, la directrice du service des ressources humaines et de la communication de l’hôpital Sint-Franciscus. “J’ai pu parler brièvement à l’infirmier. Il ne nie pas les faits, mais affirme que tout s’est passé dans un contexte complètement différent”. 

“Nous voulons que nos employés agissent conformément à nos valeurs et à nos normes. Notre hôpital est ouvert à tous, sans distinction de sexe, d’origine ou de religion, et nous attendons de nos employés qu’ils traitent les patients de manière professionnelle”, a encore affirmé Kristien Elsen. “Mais nous ne tirons pas non plus de conclusions prématurées. L’infirmier en question a toujours eu un comportement professionnel et conforme à nos valeurs et à nos normes. Nous n’avons jamais reçu de plaintes de ce type à son sujet auparavant. Nous réunirons les deux parties la semaine prochaine dans l’espoir d’apporter bientôt des éclaircissements sur cette affaire”.