Une peine de travail pour le conducteur qui a mortellement renversé une journaliste du Standaard

Mise à jourL’automobiliste qui avait renversé une piétonne chaussée de Haecht à Schaerbeek, le 7 novembre 2017, a été condamné vendredi par le tribunal de police de Bruxelles à une peine de travail de 250 heures et une interdiction de conduire de quatre ans. La victime, une journaliste du quotidien De Standaard âgée de 28 ans, était décédée des suites de ses blessures. 

Plein écran
L'accident s’était produit sur la chaussée de Haecht à Schaerbeek. © Google street view

La peine de travail devra être exécutée auprès d’une organisation dédiée aux victimes d’accidents de la route. S’il ne l’effectue pas correctement, le prévenu devra purger une peine de 18 mois de prison.

Et avant de pouvoir à nouveau prétendre à son permis de conduire, le jeune homme, âgé de 20 ans, devra représenter ses examens et suivre une formation supplémentaire auprès de l’institut Vias.

Le 7 novembre 2017 vers 23h30, la jeune femme avait été renversée par une voiture alors qu’elle traversait la chaussée de Haecht. Elle avait été projetée à 20 mètres avant de terminer sa chute sur les rails de tram. Les services de secours avaient tenté de la réanimer, mais sans succès.

Une décision contestée 

Le tribunal de police a pointé la vitesse excessive de l’automobiliste comme cause principale de l’accident. Le prévenu circulait à 90 km/h, là où la vitesse maximale autorisée était de 50 km/h. Le conducteur n’a, en outre, pas freiné et s’est comporté de façon “choquante” à la suite de l’accident, a estimé le tribunal.

Le prévenu avait demandé à un témoin de ne pas dramatiser la situation et n’a jamais présenté ses excuses à la famille de la victime.

Le parquet de Bruxelles a décidé de faire appel du jugement rendu vendredi dans l’affaire de l’automobiliste qui avait mortellement fauché une piétonne à Schaerbeek en novembre 2017, a indiqué son porte-parole, Denis Goeman.

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.