Magasin Okay.
Plein écran
Magasin Okay. © Lukas, HLN

Une querelle de voisins dégénère: il fonce avec un caddie sur sa voisine avant d’assommer son mari

Dans la ville de Ramsdonk près de Malines, une querelle de voisins s’est transformée ce lundi soir en bagarre dans un magasin Okay. Un trentenaire a d’abord craché au visage de sa voisine avant de lui rentrer dedans avec son caddie. Ensuite, il a assommé son mari de 63 ans sur le parking. L’auteur des faits a été arrêté, selon Het Laatste Nieuws.

Depuis quelques années, Leon Marivoet et sa femme sont en conflit avec l’un de leurs voisins. Mais ce lundi soir, la querelle a complètement déraillé. “Ma femme était seule dans le grand magasin Okay à Ramsdonk quand elle a été soudainement attaquée au milieu du magasin par le voisin en question”, raconte Leon Marivoet. 

“Il a craché au visage de ma femme et a foncé avec son caddie contre ses jambes plusieurs fois. Complètement paniquée, elle m’a appelé. Cependant, je n’ai pas eu la chance d’aider ma femme, car avant même que je puisse entrer dans le magasin, le voisin m’a attaqué. Après quelques coups de poing, j’ai perdu connaissance. Heureusement, des passants ont pu stopper l’agresseur parce qu’il n’arrêtait pas de me frapper et de me donner des coups de pied, même si j’étais allongé immobile sur le sol”, explique l’homme de 63 ans. Les passants ont appelé la police et le voisin agressif a été arrêté.

Cloîtrés pendant une semaine

Léon et sa femme ont été emmenés à l’hôpital. “J’ai des bleus partout, mon visage est enflé et j’ai peur d’avoir une légère commotion cérébrale”, précise Leon. “Ce n’est pas la première fois que le voisin devient aussi agressif. La semaine dernière, il a craché six fois sur ma femme. La police a été appelée, mais il est resté agressif. Il m’a fait savoir qu’il me tuerait. Par peur, nous sommes restés à l’intérieur pendant une semaine... jusqu’à aujourd’hui. Il a dû voir que ma femme est allée au magasin et l’a suivie discrètement. J’ai de la chance que des passants aient pu l’éloigner de moi assez rapidement. Qui sait ce qui se serait passé s’il n’y avait pas eu de témoins...”, poursuit-il.

Léon et sa femme envisagent de déménager. “Ça va aller jusqu’où? L’agresseur a déjà fait l’objet de onze rapports officiels, mais cela pourrait encore se produire. Nous avons peur et n’osons pas retourner dans notre quartier. Ce n’est plus habitable”, a conclu le voisin agressé. 

  1. Kidnapping à Genk: “L'implication possible de musulmans radicalisés, une évolution inquiétante”

    Kidnapping à Genk: “L'implica­ti­on possible de musulmans radica­lisés, une évolution inquiétan­te”

    L'implication présumée de Khalid Bouloudo, âgé de 45 ans et originaire de Maaseik, dans l'enlèvement et la séquéstration d'un garçon de 13 ans de Genk, est jugée "surprenante" par l'expert en terrorisme Pieter Van Ostaeyen. "Nous ne savons pas quel était le motif de l'enlèvement ou ce qui se cache derrière, mais l'implication possible de musulmans radicalisés constitue une évolution inquiétante selon moi. (...) Il s'agit de la première résurgence depuis des années dans le milieu extrémiste musulman.”
  1. Le Pérou met les points sur les i: “Le chaton Lee a toujours été le bienvenu ici”

    Le Pérou met les points sur les i: “Le chaton Lee a toujours été le bienvenu ici”

    Le chef de la SENASA, l’homologue péruvien de l’AFSCA belge, a tenu à écarter un malentendu avec la Belgique: le chat Lee, qui risque l’euthanasie en raison du risque qu'il n’importe la rage en Belgique, resterait le bienvenu au Pérou et n’y aurait jamais été refusé par les autorités sanitaires. En effet, le chat a reçu les vaccins nécessaires et ne présente pas de danger aux yeux des instances péruviennes. Mais Hélène Bonte, porte-parole de l’AFSCA, estime ces nouveaux propos insuffisants: “Tant que le gouvernement péruvien ne nous aura pas officiellement communiqué son point de vue quant à l’importation illégale de ce chat, notre position ne changera pas”, balaie-t-elle.