Illustration: masques KN95
Plein écran
Illustration: masques KN95 © REUTERS

Une solution via l'impression 3D pour rendre utilisables des millions de masques perdus

L'entreprise belge d'impression en 3D Materialise a conçu un support grâce auquel des millions de masques buccaux livrés en Belgique mais rejetés car déclarés inutilisables pourront tout de même être utilisés en toute sécurité, annonce-t-elle lundi. Il s'agit plus précisément d'un ajusteur qui permet à ces masques KN95, dont les filtres offrent une protection suffisante, de pouvoir s'adapter étroitement à l'arête du nez et au reste du visage.

L'ajusteur imprimé en 3D est fixé à un masque existant et suit les contours du visage afin que le masque soit parfaitement ajusté. Selon les tests effectués par le service de prévention d'Idewe, les masques modifiés répondent largement aux normes de sécurité du protocole ATP et peuvent donc être utilisés en toute sécurité par les prestataires de soins de santé, assure Materialise.

Les supports, de quatre tailles différentes, peuvent facilement être désinfectés à l'hôpital, ce qui permet de les utiliser plusieurs fois en combinaison avec un nouveau filtre. Les premiers appareils ont déjà été utilisés par un certain nombre d'hôpitaux belges, dont l'UZ Leuven.

"C'est un autre exemple de collaboration fructueuse entre l'innovation belge et notre écosystème de soins de santé", commente le ministre Philippe De Backer, en charge de l'approvisionnement en matériel médical durant la crise du coronavirus. "Je suis très heureux que, grâce au travail de Materialise, nous puissions maintenant fournir nos prestataires de soins de santé de manière plus sûre." 

Philippe De Backer
Plein écran
Philippe De Backer © BELGA
  1. Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs
    Coronavirus

    Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs

    L'annonce des entités fédérées et du fédéral vendredi, ouvrant la possibilité d'organiser camps scouts, stages et activités récréatives pour enfants et jeunes durant les vacances d'été, a dû soulager de nombreux parents, dans un contexte de déconfinement progressif. Rapidement, des questions se posaient cependant sur les stages et activités purement sportifs, qui ne sont pas couverts par la communication de vendredi. Une décision et une communication à ce sujet devraient intervenir au plus tard le 3 juin, a-t-on appris dimanche.
  1. “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    Des dos tournés et des images qui voyagent. L’action symbolique menée par le personnel soignant du CHU Saint-Pierre le 16 mai dernier a été relayée par de nombreux médias étrangers et a trouvé écho jusqu’au Japon. Une haie de déshonneur susceptible d'écorner l’image de Sophie Wilmès? “Sur la scène internationale cela ne devrait pas avoir d’effet majeur”, considère Sandrine Roginsky, professeure en communication politique à l’UCLouvain. “Mais chez nous, cela risque de la suivre, au même titre que l'épisode des kayaks.”
  2. Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic international de drogue en Flandre orientale

    Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic internatio­nal de drogue en Flandre orientale

    La police judiciaire fédérale (PJF) a indiqué samedi avoir mis la main sur plus de 2 millions d'euros en espèces lors de perquisitions menées dans le cadre d'une enquête relative à un trafic international de drogue en Flandre orientale. Les forces de l'ordre ont également découvert des bijoux et plus de 130 véhicules. Cinq suspects ont été arrêtés en Belgique, trois aux Pays-Bas. Le gang est soupçonné d'avoir importé en Belgique de grandes quantités de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud pendant plusieurs années.