Plein écran
© Photo News

Une synthèse provoque des rumeurs d'annulation d’une épreuve du CESS: “Révisez loin des réseaux sociaux”

L'épreuve d'histoire du CESS (certificat d'enseignement secondaire supérieur) est maintenue ce vendredi. L'administration de l'enseignement et le cabinet de la ministre de l'Éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Marie-Martine Schyns, ont été sollicités à plusieurs reprises jeudi soir à la suite de rumeurs d'annulation de l'épreuve. 

La ministre a apporté un démenti et conseillé aux élèves de préparer sereinement les épreuves, "loin des réseaux sociaux".C'est un document de synthèse réalisé par un enseignant qui a suscité les rumeurs d'annulation. 

Épreuve maintenue

"Il est tout à fait normal que des documents de synthèse ou autres documents de travail soient produits par des enseignants. Il ne s'agit en rien de l'épreuve elle-même. Il est dès lors important de rappeler que les épreuves se dérouleront normalement dans les jours à venir. L'épreuve d'histoire du CESS, qui doit se tenir ce vendredi 14 juin, est donc bien maintenue", souligne le cabinet de la ministre. 

  1. Le match des Diables et le concert d’Angèle provoquent d’importants embarras de circulation

    Le match des Diables et le concert d’Angèle provoquent d’importants embarras de circulati­on

    Le trafic était redevenu fluide à Bruxelles mardi peu avant 21h00. En début de soirée, d’importants embarras de circulation avaient été signalés, notamment au niveau du ring qui était à l’arrêt entre Dilbeek et Wemmel, en raison du concert de la chanteuse Angèle au Palais 12 de Brussels Expo où 14.000 personnes étaient attendues et du match de football Belgique-Chypre au stade Roi Baudouin qui devait attirer quelque 40.000 spectateurs, avait indiqué la porte-parole de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de Keere.
  2. Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Sean McKenzie, un Canadien de 27 ans, a été condamné mardi à la prison à vie pour le viol et l'assassinat d’Amélie Sakkalis, une touriste belge de 28 ans, sauvagement tuée à l'été 2018 en Colombie britannique, rapporte le Vancouver Sun. L'homme, qui a reconnu les faits, est libérable à partir de 2042 mais restera vraisemblablement plus longtemps derrière les barreaux, celui-ci n'ayant jamais expliqué son geste.