Plein écran
Bart De Wever © DR.

Vers la fin du cordon sanitaire? Bart De Wever ne ferme pas la porte

Le paysage politique est complètement bouleversé en Flandre, où le Vlaams Belang réussit une percée spectaculaire.

Le cordon sanitaire est de plus en plus remis en question par plusieurs responsables politiques, comme Jean-Marie Dedecker (N-VA) ou Luk Van Biesen (Open Vld). “A voir si le cordon sanitaire est encore et toujours réalisable et à propos”, s’interroge le parlementaire libéral sur la VRT.

Cet après-midi, Bart De Wever a évoqué entre les lignes la perspective de rompre le cordon sanitaire. “Je n’ai qu’un seul réel véto, contre le PS et Ecolo au niveau fédéral. Faire une coalition avec des gens qui proposent l’ouverture des frontières, la semaine de quatre jours et de nouvelles taxes pour ceux qui travaillent, épargnent et entreprennent, ce n’est pas à l’ordre du jour”, a-t-il déclaré sur la chaîne flamande vtm. Le président de la N-VA n’a donc pas mentionné le Vlaams Belang.

Le cordon sanitaire est-il sur le point de sauter?

.

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.
  2. Des membres belges du forum néonazi Iron March démasqués

    Des membres belges du forum néonazi Iron March démasqués

    Plusieurs Belges apparaissent parmi les noms des membres d’Iron March, un forum en ligne pour néonazis. Sans fard, ils s’y disent homophobes, islamophobes et antisémites, prêt à l’action au travers de milices locales. Le journal flamand De Morgen a eu accès aux données de quelques uns des participants, après que le site a été hacké. Parmi eux, au moins quatre Flamands, un Wallon et une Française résidant à Bruxelles.