Verviers privilégie la mobilité douce, mais Ecolo en attend plus

Alors que le déconfinement approche, la Ville de Verviers a décidé de limiter la vitesse à 30km/h dans son centre-ville et va réquisitionner de l'espace sur certaines chaussées au détriment des véhicules et au bénéfice de la mobilité douce, a-t-elle indiqué, vendredi dernier, dans un communiqué. Si la démarche est saluée par Ecolo Verviers, les Verts souhaitent des mesures supplémentaires.

Illustration.
Plein écran
Illustration. © Photo News

En prévision du déconfinement, le collège communal de Verviers a lancé une stratégie pour encourager les alternatives à la voiture individuelle en faisant place aux vélos et aux piétons.

"L'échevin de la Mobilité, Alexandre Loffet, veut éviter un recours massif à la voiture pendant que l'usage des transports en commun devra être limité en saisissant l'opportunité jamais rencontrée de réquisitionner l'espace de la chaussée au détriment des véhicules au bénéfice des modes doux", indique la Ville.

L'échevin explique que "si toutes les personnes qui veulent éviter les bus ont recours à la voiture individuelle, la Ville pourrait être complètement engorgée surtout dans le contexte de reprise des travaux. Il est de notre responsabilité de prévoir une alternative sécurisante pour les modes de déplacement doux et d'éviter un retour massif de la pollution en ville”

Pour diminuer le risque d'accident pour les piétons et les cyclistes, le Collège a décidé de lancer la mise en œuvre généralisée de la zone 30 en centre-ville.
Par ailleurs, le collège a également décidé la réquisition des espaces de chaussées pour les mettre à disposition des cyclistes. Cela se fera selon trois méthodes à savoir : premièrement faire passer les voiries 2x2 bandes à 2x1 bande pour l'automobile et l'autre pour les vélos avec des aménagements temporaires pour délimiter les zones, ensuite mettre certaines voiries à sens unique lorsqu'une boucle d'accès est possible pour ainsi mettre à disposition de la mobilité douce la bande supprimée. Enfin, le plan prévoit de réduire certaines chaussées en surlargeurs en assignant un espace clair, si nécessaire avec des chicanes ponctuelles B19/B21 pour libérer une piste cyclable sur la chaussée.

Cette proposition, qualifiée "d'ambitieuse" devra repasser au Collège du 5 mai en deuxième lecture après avoir recueilli différents avis, notamment celui du Service public de Wallonie.

Ecolo en veut plus de la part du Collège

Ecolo Verviers se réjouissait, ce dimanche, de cette décision mais souhaite que ce plan soit accompagné de mesures complémentaires. C’est dans ce cadre que les écologistes veulent apporter leur expérience et des balises pour garantir le succès de la modernisation du centre-ville.

Parmi les mesures demandées par les Verts, il y a par exemple la sécurisation des aménagements pour cyclistes avec une priorité aux abords des écoles, la mise en place de solution de parking à proximité des bâtiments publics, le soutien à l’achat de vélo ou de trottinette via une prime ou des conseils donnés par des artisans réparateurs locaux. Ecolo souhaite par ailleurs que l’éclairage nocturne soit amélioré, qu’un travail soit réalisé sur les parcours intermodaux et qu’une sensibilisation à la mobilité douce soit mise en place pour les nouveaux cyclistes, les familles, écoles ou associations.

Enfin, les Verts souhaitent que des aménagements cyclistes soient effectués lors de chaque réfection de voirie.

Retrouvez ici toute l’actualité de la province de Liège.

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.