Plein écran
© photo_news

Vias demande la tolérance zéro en matière d'alcool pour les motards

L'Institut belge pour la sécurité routière demande au prochain gouvernement d'interdire totalement la consommation d'alcool pour les motards. Selon le dernier rapport de Vias, un motard sur quinze testé après un accident de la route avait dépassé la limite d'alcool autorisée.

Boire ou conduire, il faut choisir. Si l'alcool représente évidemment un danger pour tous les conducteurs, les motards courent davantage de risques que les automobilistes. C'est pour cette raison que l'Institut belge pour la sécurité routière a proposé au prochain gouvernement d'interdire totalement la consommation d'alcool pour les motards.

"Vous êtes plus vulnérable sur une moto. Une petite quantité d'alcool peut rendre plus difficile le maintien de l'équilibre. Une limite de 0,2% - tout comme pour les chauffeurs de bus et de taxis - nous semble donc appropriée", a expliqué Stef Willems, le porte-parole de Vias, à Het Laatste Nieuws.

La Commission européenne préconise une tolérance zéro pour les motocyclistes depuis 2001 - en pratique, cela équivaut à 0,2%, soit aucune goutte d'alcool.

Un motard sur quinze 
Dans son dernier rapport sur les accidents de la route, l'Institut Vias s'est notamment penché sur la conduite sous l'influence de l'alcool. En 2017, 65 % des motards victimes d'un accident de la route ont été testés. 6,6% d'entre eux avait dépassé la limite d'alcool autorisée. Un chiffre en légère augmentation par rapport au taux de l'année précédente, qui était à 6,3%. 

Parmi les usagers de la route contrôlés après un accident, les automobilistes (10,7%) sont le plus souvent sous l'influence de l'alcool. Viennent ensuite les chauffeurs d'une camionnette de livraison (9,9%) et de cyclomoteurs (8,9%). Les motards (6,6%) arrivent en quatrième position.

Tolérance zéro pour tous
Theo Beeldens, de l'asbl Motorcycle Group Action, qui défend les intérêts des motards, est en faveur d'une telle interdiction... à condition qu'elle soit appliquée à tous les conducteurs.  "Je suis surpris que les motards soient visés", a-t-il déclaré. "L'argument selon lequel il est plus difficile de garder son équilibre avec un verre de trop n'est pas techniquement correct. L'équilibre est déterminé par la moto, et non par le conducteur. Je peux entendre qu'un motard roule plus vite et imprudemment sous l'influence de l'alcool. Mais c'est pareil pour un conducteur de voiture. Nous sommes en faveur de la tolérance zéro, mais pour tous les véhicules".

  1. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.