Plein écran
Christian Van Eyken et sa compagne Sylvia B. © Photo News

Vingt-cinq ans de prison requis à l'encontre de Christian Van Eyken et sa compagne

Mise à jourL’avocate générale Laure Wynants a requis, jeudi vers 14h30, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, des peines de 25 ans de prison à l’encontre de Christian Van Eyken et de Sylvia B. Elle a considéré qu’il existait un faisceau d’indices graves, précis et concordants qui doivent conduire les juges à déclarer ce couple coupable d’avoir assassiné Marc Dellea, le premier mari de Sylvia B., le 8 juillet 2014 à Laeken.

L’avocate générale a estimé que l’assassinat devait être établi dans le chef des prévenus et a tenu compte de divers éléments pour déterminer la peine de 25 ans qu’elle réclame à l’encontre de chacun d’eux. “Marc Dellea a été tué durant son sommeil. C’est le sommet de la lâcheté”, a-t-elle notamment déclaré.

La magistrate a avancé que la relation fusionnelle que Sylvia B. entretenait avec la fille qu’elle avait eue avec Marc Dellea, ainsi que la maison à Tubize qu’elle possédait avec Marc Dellea et pour laquelle ils avaient souscrit à une assurance solde restant dû, étaient certainement des éléments qui ont pesé dans le mobile du crime.

“J’estime qu’il existe un faisceau d’indices graves, précis et concordants qui doivent conduire à la culpabilité des prévenus, même si le rôle exact de chacun et le déroulement précis des faits ne sont pas connus”, a-t-elle affirmé, rappelant que neuf autres pistes avaient été suivies sans rien apporter.

Christian Van Eyken et Sylvia B. étaient les dernières personnes à avoir vu Marc Dellea vivant

Laure Wynants a repris tous les éléments du dossier, des constatations objectives aux différents témoignages qui ont permis d’en apprendre plus sur la personnalité des prévenus. Comme la partie civile, elle a rappelé que Christian Van Eyken et Sylvia B. étaient les dernières personnes à avoir vu Marc Dellea vivant. Les deux prévenus, alors amants, s’étaient rendus dans l’appartement de Marc Dellea, avenue Mutsaard à Laeken, où Sylvia B. était toujours domiciliée, le 6 juillet 2014. “Ils passent toute la soirée dans cet appartement jusqu’au retour de Marc Dellea vers 23h00, justement durant la seule semaine où le concierge est absent et alors que la fille de Marc Dellea et de Sylvia B. est chez sa grand-mère”, a-t-elle soulevé. Selon les images de caméra de vidéo-surveillance, les prévenus étaient ressortis de l’appartement quelques heures plus tard, le 7 juillet 2014 vers 02h00 du matin.

Les images montrent que personne n’est ensuite entré dans l’appartement ou sorti de celui-ci jusqu’à la découverte du corps sans vie de Marc Dellea le lendemain, 8 juillet.

La représentante du ministère public a également épinglé le fait que les GSM des prévenus étaient coupés les 6 et 7 juillet et qu’une trace ADN de Christian Van Eyken avait été découverte sur le chambranle de la porte de la chambre à coucher de Marc Dellea.

L’avocate générale a également pris un certain temps à évoquer la personnalité des prévenus. Concernant Christian Van Eyken, elle s’est surtout référée au témoignage accablant qu’ont livré les trois premiers enfants de celui-ci, avec qui il n’a plus de contacts. “Ils ont affirmé que leur père avait été odieux avec eux, qu’il les rabaissait et les dénigrait, faisant preuve de sadisme. Sa fille a déclaré qu’il l’appelait “l’handic’”, “la grosse”, “le boudin”...”, a-t-elle relaté.

“Dès le début de cette affaire, j’ai été frappée par le peu d’empathie de Sylvia B.”

Concernant Sylvia B., elle a essentiellement rappelé le manque d’empathie qu’elle a témoigné vis-à-vis de Marc Dellea. “Dès le début de cette affaire, j’ai été frappée par le peu d’empathie de Sylvia B. Elle a elle-même déclaré ici devant vous que, quand elle a rencontré Marc Dellea, “il est arrivé” chez elle “sans rien, avec ses vêtements dans un sac poubelle et une caisse à bananes avec ses documents”", a-t-elle rappelé.

Christian Van Eyken et Sylvia B. sont prévenus pour avoir assassiné le premier mari de cette dernière, Marc Dellea. Cet homme âgé de 45 ans avait été retrouvé mort dans son appartement, avenue Mutsaard à Laeken, le 8 juillet 2014. Il avait été découvert allongé sur son lit, une balle dans la tête, et aucune arme n’avait été retrouvée sur place.

Place aux plaidoiries de la défense

Le parquet de Bruxelles avait ouvert une enquête qui avait mené à Sylvia B., alors épouse de la victime, et Christian Van Eyken, patron et amant de Sylvia B. Cette dernière était sa collaboratrice parlementaire lorsqu’il était député au Parlement flamand et tous deux entretenaient une relation amoureuse.

Selon les prévenus, Marc Dellea était au courant de leur relation et était prêt à se séparer de Sylvia B. Mais selon l’accusation et la partie civile, rien ne permet de le penser.

Le procès se poursuivra encore jeudi soir et vendredi matin avec les plaidoiries de la défense. 

  1. Les “veuves de l’EI” Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal seraient en Turquie
    Mise à jour

    Les “veuves de l’EI” Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal seraient en Turquie

    Les combattantes belges en Syrie Tatiana Wielandt, 27 ans, et Bouchra Abouallal, 26 ans, ainsi que leurs enfants ne se trouveraient plus en Syrie mais en Turquie, a-t-on appris mercredi au tribunal de première instance néerlandophone de Bruxelles. Leur avocat, Me Walter Damen, avait introduit une action en référé devant ce tribunal exigeant que la Belgique rapatrie ses ressortissants, femmes et enfants, ou tente au moins de le faire, mais cette procédure est maintenant abandonnée.