Plein écran
© Facebook/Observatoire du Loup

Voici le nom donné au loup des Hautes Fagnes

Le prénom Akela est arrivé en tête du sondage lancé au mois d’août par le Réseau loup, afin de baptiser le loup qui réside en Wallonie dans les Hautes Fagnes, identifié pour la première fois en juin 2018, annonce jeudi le WWF. Plus de 19.000 personnes ont voté.

Akela, du nom du célèbre personnage du Livre de la jungle, a récolté 39,5% des votes, devant Fagnus, Wolfgang, Romulus et Lucky. Le loup réside de manière permanente dans les Hautes Fagnes, selon les observations. Il portait jusqu’ici le matricule GW926m. L’animal est de lignée polonaise et avait été aperçu pour la première fois en juin 2018.

Il est l’un des cinq loups mâles qui ont été observés en Wallonie ces dernières années. Un cinquième loup a en effet été identifié récemment, confirme le WWF jeudi. Il a été vu à Havelange en province de Namur le 1er août dernier.

Le loup se nourrit principalement de cerfs, chevreuils et sangliers et attaque les animaux domestiques par facilité, souligne le WWF. Sa présence en Wallonie ne constitue pas une grande menace et est même bénéfique pour la nature et la biodiversité en Wallonie.

  1. De plus en plus de grippes, mais pas encore d'épidémie

    De plus en plus de grippes, mais pas encore d'épidémie

    Le nombre de cas de grippe dans notre pays continue d'augmenter, mais reste en dessous du seuil épidémique, a déclaré mercredi l'institut scientifique de santé public dans son rapport hebdomadaire sur la grippe. Entre le 13 et le 19 janvier, 109 personnes pour 100.000 habitants ont consulté leur médecin traitant pour des problèmes de grippe (fièvre, toux, douleurs musculaires, fatigue, etc.). La semaine précédente, il y avait 94 consultations pour 100.000 habitants.
  2. Des messages de haine après le drame à La Panne: une enquête ouverte

    Des messages de haine après le drame à La Panne: une enquête ouverte

    Mardi, une vaste opération de sauvetage de migrants a eu lieu au large de Le Panne. Quatorze personnes étaient montées en pleine nuit dans une embarcation pour tenter la traversée jusqu’au Royaume-Uni. Leur bateau a chaviré et les réfugiés ont regagné le littoral. Six d’entre eux ont été interpellés au cours de l’opération qui a suivi le naufrage. Huit autres sont toujours portés disparus. Suite à certains commentaires haineux publiés sur les réseaux sociaux, une enquête a été ouverte. “Une cellule spécialisée de la Police fédérale est à la recherche de personnes susceptibles d'avoir enfreint la loi anti-raciste”, commente Johan Lescrauwaet, du parquet d’Ypres. “C’est un signal important pour montrer que cela ne sera pas toléré.”