Voiture de police incendiée à Saint-Gilles: la principale suspecte placée sous mandat d’arrêt

Mise à jourLa femme de 47 ans, suspectée d'avoir bouté le feu à deux reprises ces derniers jours à des véhicules de la zone de police Midi, a été placée sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction, a indiqué mardi en fin de journée le parquet de Bruxelles. 

Plein écran
Véhicule incendié à Saint-Gilles © Marc Baert

Elle a été inculpée pour incendie volontaire d'une voiture de police, tentative d'incendie volontaire d'un second véhicule de police ainsi que pour deux incendies volontaires dans des poubelles, a précisé un peu plus tard Stéphanie Lagasse, porte-parole du parquet de Bruxelles.

Comparution

L'intéressée a été interpellée lundi et a comparu ce mardi matin devant un magistrat du parquet. Ce dernier a décidé de la déférer devant un juge d'instruction et a demandé un placement sous mandat d'arrêt pour incendie volontaire. Le juge d'instruction a ensuite décidé de son placement effectif sous mandat d'arrêt.

Rappel des faits

Jeudi soir, un véhicule de la zone de police Midi avait été incendié au commissariat du Parvis de Saint-Gilles. La voiture avait été lourdement endommagée. Dimanche matin, vers 11H, une personne avait encore tenté, mais sans succès cette fois, de bouter le feu à une voiture de police au marché du Midi.

La femme interpellée a notamment pu être identifiée grâce à des images de caméra de vidéo-surveillance.

Seconde tentative

Vendredi également, plusieurs personnes ont tenté de mettre le feu à un camion de l'armée place Marcel Broodthaers à Saint-Gilles, mais rien ne permet d'affirmer que cet acte est lié aux deux autres faits qui visaient des véhicules de police. 

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.