Plein écran
© BELGA

Vols annulés, absentéisme... Le coronavirus impacte l’aéroport de Charleroi

InterviewCela fait plusieurs semaines maintenant que le coronavirus sévit dans le monde entier. Désormais, il frappe notre pays de plein fouet. 50 cas ont été détectés à ce jour en Belgique bien que tous ne soient pas dans un état jugé critique. Cela a des répercussions très nettes sur l’aéroport de Charleroi.

“En moyenne, 30% des passagers sur le réseau italien ne se présentent pas le jour de leur vol à l’aéroport de Charleroi. Ils n’annulent pas leurs réservations, mais ils ne viennent tout simplement pas.” C’est ce que nous a rapporté le porte-parole de Brussels South Charleroi Airport (BSCA), Vincent Grassa. Le coronavirus est clairement mis en cause: “D’habitude, cinq à dix personnes manquent à l’appel dans un avion de 189 places en direction de l’Italie. Ici, le taux d’absentéisme est nettement plus élevé même si cela dépend des jours et qu’un vol n’est pas l’autre.”

Vols supprimés

Autre conséquence du coronavirus: plusieurs vols de Ryanair vont être supprimés. “Au total, cela concerne 62 vols. 31 départs et 31 arrivées. Sur la totalité des mouvements de l’aéroport de Charleroi toutes destinations confondues, c’est une diminution de 3%.” Ces suppressions ont été décrétées sur une période de trois semaines allant du 18 mars au 8 avril.

Seuls les voyages en provenance ou en direction de l’Italie seront impactés. “L’Italie est tout de même notre destination numéro une à l’aéroport de Charleroi” reconnaît Vincent Grassa. “Si on se concentre uniquement sur le réseau italien, la diminution du nombre de transferts est de 15% par rapport à la normale.”

Sont concernés: les vols de et vers Milan, Pise, Trévise, Venise et Turin.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.