Wallon, à toi le cercueil en carton

Video"Quel bois souhaitez-vous?", voilà une question qui changera bientôt lorsque viendra le douloureux moment de s'adresser aux pompes funèbres pour faire ces choix tellement inattendus et déroutants au décès d'un proche. Désormais, la Belgique, à l'instar de ses voisins, autorise les cercueils en carton. Pour des raisons de salubrité avant tout.

Un cercueil en carton, ou plus précisément en cellulose, voilà une option à laquelle on n'avait jusqu'ici pas accès en Wallonie, contrairement à la Flandre et à Bruxelles. Mais la règle du sud du pays change et ouvre désormais enfin la voie à des cercueils plus écologiques et surtout plus économiques. 

Budget
Alors qu'un cerceuil en bois classique coûte environ 450 euros, la cellulose apparaît comme une alternative moins onéreuse: 150 euros. Un budget plus raisonnable, surtout lorsque l'on choisit d'autre part la crémation plutôt que l'inhumation. 

"Est-ce que je pollue quand je meurs?"
On évite souvent d'y penser, ou on ne veut parfois juste ne pas y réfléchir, mais il faut aussi songer à notre empreinte écologique une fois décédé, et là encore, ce carton biodégradable a des atouts non négligeables mais cela n'est vrai qu'à condition que le "carton" en question ne soit pas du MDF par exemple, dont les colles d'assemblage sont toxiques. 

Farine végétale
Ici, comme le montrent les images de RTL, ce sont des planches de 8 millimètres qui seront utilisées ainsi que des sangles en tissu et des systèmes d'attache non pas en plastique ni en métal mais en farine végétale. Les modèles actuellement proposés ne sont cependant pas encore forcément moins chers que leurs homologues en bois plaqué. Même topo pour les cercueils en osier, qui seront acceptés mais pas dans les caveaux. 

Exhumations moins pénibles
Par contre, ces cercueils en carton qui ressemblent à des boîtes de déménagement piables faciliteront le travail des ouvriers des pompes funèbres et des fossoyeurs, vu leur poids évidemment mais surtout pour des questions de salubrité vu que la décomposition des corps s'en verra facilitée. Un élément qui rendra donc les exhumations moins éprouvantes pour les fossoyeurs lorsque le défunt arrive en fin de concession, par exemple. C'est d'ailleurs ce dernier élément qui a poussé la région à franchir le pas.

Kit
Mais les entreprises de pompes funèbres wallonnes ne se réjouissent pas en choeur de ces nouveaux matériaux. "Ces types de cercueils présentent une capacité maximale de 90 kilos et des questions se posent quant à certaines circonstances, notamment d'humidité, ou lorsque la personne est décédée depuis un certain temps lors de son inhumation. Ce cerceuil en carton est-il vraiment fiable?", s'interroge encore l'un d'eux au micro de RTL.

  1. Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-père qui refusait de lui donner de l’argent
    Mise à jour

    Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-pè­re qui refusait de lui donner de l’argent

    Mercredi, un homme de 81 ans a perdu la vie à Grammont, poignardé par son petit-fils. Le soir-même, les voisins ont aperçu le suspect, Nick, 23 ans, acheter une glace au marchand de glace ambulant. Quelques minutes plus tard, il s’est rendu chez son grand-père avant de le poignarder à mort avec une paire de ciseaux. Il s’est ensuite retourné contre sa grand-mère, qui tentait d’intervenir. On soupçonne aujourd’hui le jeune homme d’avoir sonné à la porte de ses grands-parents pour réclamer de l’argent pour s’acheter de la drogue. Il a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé d’assassinat et de tentative de meurtre sur sa grand-mère, a indiqué vendredi le parquet de Flandre orientale.