Sophie Wilmès à la Chambre ce jeudi 24 septembre.
Plein écran
Sophie Wilmès à la Chambre ce jeudi 24 septembre. © BELGA

Wilmès: “Il y a de fortes chances que nous imposions de nouveau des règles plus strictes à court terme”

En séance plénière à la Chambre, la Première ministre est revenue ce jeudi après-midi sur l’assouplissement des règles des contacts sociaux, une mesure décriée par certains experts mais aussi par des institutions, à l’instar de plusieurs universités flamandes.

  1. Des universités flamandes appellent leurs étudiants à ne pas suivre les nouvelles directives du CNS
    mise à jour

    Des univer­sités flamandes appellent leurs étudiants à ne pas suivre les nouvelles directives du CNS

    Les Universités d’Anvers, de Gand, Louvain et Hasselt exhortent leurs étudiants à ne pas suivre les nouvelles directives du Conseil national de sécurité. Selon l’UAntwerpen, avoir cinq contacts étroits par mois et par personne n’est pas une bonne idée, notamment parce que les contaminations au coronavirus repartent à la hausse au sein de la jeune population adulte.
  1. L’Absym s’inquiète des mesures du CNS: “Il y a trop de laisser-aller”

    L’Absym s’inquiète des mesures du CNS: “Il y a trop de lais­ser-al­ler”

    Les adaptations aux mesures pour lutter contre le coronavirus annoncées mercredi par le Conseil national de sécurité font preuve de "trop d'assouplissement", estime Marc Moens, ex-président de l'Absym. “Mon impression générale est qu'il y a trop de laisser-aller. L'assouplissement est trop important. Je sais que c'est un exercice difficile mais le virus est toujours présent et est imprévisible", déclare-t-il.
  2. Des indépendants en justice contre la fermeture forcée des cafés et restaurants

    Des indépen­dants en justice contre la fermeture forcée des cafés et restau­rants

    Des indépendants, restaurants, commerçants et autres, rassemblés pour la circonstance sous le nom collectif de CIMS (Collectif Indépendant Multi sectoriel) ont annoncé dimanche qu'ils introduiraient dans la semaine via un cabinet d'avocats liégeois deux recours, visant la fermeture des cafés et restaurants durant quatre semaines. Cette décision du Comité de concertation de vendredi entre en vigueur ce lundi. Les tenanciers de cafés et restaurants se sentent discriminés et estiment que la mesure n'est pas soutenue par des preuves scientifiques suffisantes.