Plein écran
Zakia Khattabi, co-présidente d’Ecolo. © BELGA

Zakia Khattabi pourrait quitter la scène politique

Zakia Khattabi pourrait quitter la vie politique belge pour un poste plus discret à la Cour constitutionnelle, annonce LN24. La co-présidente d’Ecolo, qui a quitté Twitter début août, serait notamment fatiguée par la violence des réseaux sociaux, selon la chaîne d’info.

Composée d’anciens juristes et d’anciens parlementaires (6 francophones et 6 néerlandophones), la Cour constitutionnelle (ex-Cour d’arbitrage) veille au respect, par le législateur, de la constitution. Cette juridiction est depuis peu à la recherche d’un(e) juge francophone. Parmi les critères nécessaires pour y siéger: celui d’avoir passé cinq ans sur les bancs du Parlement, ce qui est le cas de Zakia Khattabi. Plusieurs sources chez les Verts confirment d’ailleurs que Mme Khattabi conviendrait “à merveille” pour le poste. 

L’intéressée n’a pas souhaité “commenter les spéculations”, a-t-elle répondu à LN24. 

Si l’information devait se confirmer, c’est Claire Hugon, assistante parlementaire de Philippe Lamberts, qui siégerait à sa place, précise par ailleurs BX1.

Pour rappel, Zakia Khattabi avait annoncé en juillet dernier ne pas être candidate à sa succession à la tête d’Ecolo.

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.