Plein écran
Zakia Khattabi, co-présidente d’Ecolo. © BELGA

Zakia Khattabi pourrait quitter la scène politique

Zakia Khattabi pourrait quitter la vie politique belge pour un poste plus discret à la Cour constitutionnelle, annonce LN24. La co-présidente d’Ecolo, qui a quitté Twitter début août, serait notamment fatiguée par la violence des réseaux sociaux, selon la chaîne d’info.

Composée d’anciens juristes et d’anciens parlementaires (6 francophones et 6 néerlandophones), la Cour constitutionnelle (ex-Cour d’arbitrage) veille au respect, par le législateur, de la constitution. Cette juridiction est depuis peu à la recherche d’un(e) juge francophone. Parmi les critères nécessaires pour y siéger: celui d’avoir passé cinq ans sur les bancs du Parlement, ce qui est le cas de Zakia Khattabi. Plusieurs sources chez les Verts confirment d’ailleurs que Mme Khattabi conviendrait “à merveille” pour le poste. 

L’intéressée n’a pas souhaité “commenter les spéculations”, a-t-elle répondu à LN24. 

Si l’information devait se confirmer, c’est Claire Hugon, assistante parlementaire de Philippe Lamberts, qui siégerait à sa place, précise par ailleurs BX1.

Pour rappel, Zakia Khattabi avait annoncé en juillet dernier ne pas être candidate à sa succession à la tête d’Ecolo.

  1. De plus en plus de grippes, mais pas encore d'épidémie

    De plus en plus de grippes, mais pas encore d'épidémie

    Le nombre de cas de grippe dans notre pays continue d'augmenter, mais reste en dessous du seuil épidémique, a déclaré mercredi l'institut scientifique de santé public dans son rapport hebdomadaire sur la grippe. Entre le 13 et le 19 janvier, 109 personnes pour 100.000 habitants ont consulté leur médecin traitant pour des problèmes de grippe (fièvre, toux, douleurs musculaires, fatigue, etc.). La semaine précédente, il y avait 94 consultations pour 100.000 habitants.
  2. Des messages de haine après le drame à La Panne: une enquête ouverte

    Des messages de haine après le drame à La Panne: une enquête ouverte

    Mardi, une vaste opération de sauvetage de migrants a eu lieu au large de Le Panne. Quatorze personnes étaient montées en pleine nuit dans une embarcation pour tenter la traversée jusqu’au Royaume-Uni. Leur bateau a chaviré et les réfugiés ont regagné le littoral. Six d’entre eux ont été interpellés au cours de l’opération qui a suivi le naufrage. Huit autres sont toujours portés disparus. Suite à certains commentaires haineux publiés sur les réseaux sociaux, une enquête a été ouverte. “Une cellule spécialisée de la Police fédérale est à la recherche de personnes susceptibles d'avoir enfreint la loi anti-raciste”, commente Johan Lescrauwaet, du parquet d’Ypres. “C’est un signal important pour montrer que cela ne sera pas toléré.”