Plein écran
© getty

Donnez le sourire à vos collègues pour la journée du compliment

Parce que la reconnaissance des autres active l'hormone du bonheur, à savoir la dopamine, le 1er mars a été reconnu comme étant la journée du compliment. Notre productivité et notre énergie est stimulée quand l'on obtient l'appréciation de quelqu'un. À cette occasion, Hays est allé à la recherche de cinq conseils pour donner les meilleurs compliments à vos collègues ou employés.

Donnez de l'importance aux petites victoires
Vos collègues apprécieront que reconnaissiez la qualité de leur travail, même pour une journée ordinaire. N'attendez donc pas la fin du projet avant de féliciter un collègue. Faites-le après la gestion réussie d'un rendez-vous client, par exemple. Et si une personne rencontre des difficultés, rappelez-lui la manière dont elle avait brillamment remporté un contrat, il y a quelques temps. Cela lui remontera le moral.

Inscrivez l'autre dans la globalité
Un compliment aura d'autant plus d'impact si vous dites ce que vous ressentez sans tourner la chose vers vous. Essayez, par exemple: "Je trouve que l'excellente manière dont tu as géré ce dossier nous permettra de remporter le projet".

Ajoutez de l'humour et des sourires
Il n'est pas toujours facile de faire des compliments, mais un petit sourire ou un brin d'humour aide à mettre les gens à l'aise. Soyez toutefois sincère dans vos remarques ou votre but ne sera pas atteint.

Évitez les "mais" après un compliment
Si vos félicitations sont suivies d'une remarque négative, le compliment perdra complètement son effet et ne fera qu'adoucir la critique.

  1. Les travailleurs qui travaillent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Les travail­leurs qui travail­lent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Pas moins d'un travailleur sur cinq qui travaille par obligation est absent au moins 21 jours pour cause de maladie ou d'accident domestique. Parmi ceux qui choisissent délibérément de travailler, ils ne sont qu'un sur dix, ressort-il d'une étude menée par l'entreprise spécialisée en ressources humaines Securex. De plus, les travailleurs qui travaillent parce qu'ils le doivent se portent presque deux fois plus souvent malades sans l'être vraiment (17 % contre 10 %). Ils courent également plus de risques de burn-out.