Plein écran
© photo_news

Il n'est jamais trop tard pour avoir la carrière de vos rêves

Selon une étude de 2016, une femme sur deux abandonne ses rêves en vieillissant.

Plein écran
© photo_news

À la dernière cérémonie des Oscars, l'actrice britannique Olivia Colman, 45 ans, a remporté la fameuse statuette dorée pour sa performance dans "The Favourite". Émue aux larmes, elle ne pouvait pas y croire. "Cela n'arrivera plus!", a-t-elle inidiqué à l'attention de ses enfants qui la regardaient probablement à la télé. Dans son discours inspirant, elle s'est souvenue du temps où elle travaillait en tant que femme de ménage. Olivia aimait ce job parce qu'il lui permettait de rêver au jour où peut-être elle gagnerait un Oscar. Elle s'est adressée aux filles devant leur petit écran: "On ne sait jamais!"

Pourtant, il semble que la moitié des femmes renoncent à leurs rêves professionnels avec l'âge. Le site Stylist cite une étude de 2016 ainsi qu'une autre de 2014: 6% seulement des adultes exercent le métier dont ils rêvaient quand ils étaient enfants. Mais où sont donc passés les rêves de notre enfance?

Croyances limitantes
Selon la psychologue Shahrood Izadi, ce n'est pas seulement une question de paresse ou de routine qui s'installe peu à peu dans nos vies. "Au fur et à mesure qu'on grandit, on commence à s'auto-limiter dans nos croyances. Dès le plus jeune âge, on nous dit que c'est un certain type de personne qui peut réaliser ce genre de succès et on s'élimine de la course. Qu'on le remarque ou pas, on commence à s'interroger sur la probabilité d'arriver là où on voudrait être, en se basant sur des critères socio-économiques, esthétiques, ou même la manière dont on parle."

Les autres jouent aussi un rôle dans la perception qu'on a de nos capacités. "Au cours de vos années formatrices, vous regardez le monde pour vous dire qui vous êtes et en quoi vous êtes bon", poursuit Shahrood Izadi sur Stylist. "Et ce pouvoir réside souvent entre les mains de gens qui vous nourrissent aussi de croyances limitantes, ça ne part pas d'une mauvaise intention, mais plutôt d'un point de vue pratique."

Pour Kristina Karlsson, l'autrice de "Your Dream Starts Here", il est plus intéressant de réfléchir à ses rêves qu'à des buts trop modestes. Elle conseille de s'extraire de la réalité et de se poser la question: "Que ferais-je si j'avais tout l'argent, les ressources, les connaissances et l'énergie dont j'avais besoin?"

Confiance et clarté
Carole Ann Rice est une coach de vie depuis 16 ans. "Les deux problèmes que je rencontre le plus souvent sont la confiance et la clarté. Avant tout, si vous savez ce que vous voulez, vous aurez plus de chances de l'obtenir. Et c'est un voyage intérieur. On commence par se demander: comment on se connaît soi-même? En étant confiant. Les gens confiants savent ce qu'ils veulent, ils savent comment l'obtenir, ils savent comment s'exprimer, ils savent comment faire ces choses."

Et la confiance, comment ça s'obtient? La coach répond: "Une personne qui a confiance en elle se dit: Je peux le faire, tandis que les cerveaux peu confiants se disent: Ils ne vont pas m'aimer, je vais échouer ou les gens ne veulent pas de moi. Les personnes peu confiantes écoutent leurs peurs; les gens confiants ont confiance en leurs rêves."

Quelques exemples de femmes inspirantes

Plein écran
Viola Davis © photo_news
Plein écran
Vera Wang © photo_news
Plein écran
Nigella Lawson © photo_news

Le site Stylist donne ensuite l'exemple de plusieurs femmes qui ont réalisé leurs rêves un peu plus tard qu'à 30 ans. Diplômée de la prestigieuse Juilliard School de New York, Viola Davis a dû attendre l'âge de 43 ans pour percer en tant qu'actrice. Elle a gagné son premier Oscar à 51 ans, pour le film "Fences". 

La scientifique Janet Rowley a travaillé à mi-temps pendant une dizaine d'années pour élever ses deux garçons. Elle a ensuite décroché un job en tant que professeur à l'Université de Chicago. C'est à 47 ans, en 1972, qu'elle fait une découverte majeure: elle est la première à démontrer l'origine génétique de la leucémie et d'autres cancers.

La styliste Vera Wang a d'abord été patineuse artistique avant de devenir une rédactrice de mode pendant plus de quinze ans. Elle a dessiné sa première robe de mariée pour son propre mariage en 1989, à l'âge de 40 ans, et ouvert sa première boutique à New York en 1990. Elle a conçu depuis des robes pour les plus grandes stars, Mariah Carey, Kim Kardashian, Michelle Obama, etc.

Fille du ministre britannique Nigel Lawson, Nigella Lawson a débuté sa carrière en tant que critique gastronomique. Virée de Talk Radio, elle se lance dans l'écriture de son premier livre de recettes à 38 ans. Elle présente ensuite sa propre émission, "Nigella Bites", suivie par des millions de téléspectateurs.

Nina Zagat a rencontré son mari Tim durant ses études de droit. Ils ont tous les deux été avocats à New York puis Paris avant de se consacrer à leur vraie passion: pendant leur temps libre, ils aimaient créer des guides sur les restaurants. Nina a quitté son job d'avocate en 1984. Elle avait 42 ans. En 2011, le guide Zagat a été racheté par Google pour la somme de 151 millions de dollars.

  1. Les travailleurs qui travaillent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Les travail­leurs qui travail­lent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Pas moins d'un travailleur sur cinq qui travaille par obligation est absent au moins 21 jours pour cause de maladie ou d'accident domestique. Parmi ceux qui choisissent délibérément de travailler, ils ne sont qu'un sur dix, ressort-il d'une étude menée par l'entreprise spécialisée en ressources humaines Securex. De plus, les travailleurs qui travaillent parce qu'ils le doivent se portent presque deux fois plus souvent malades sans l'être vraiment (17 % contre 10 %). Ils courent également plus de risques de burn-out.