Le nouveau court-métrage féministe de Pixar

Video"Purl" met en scène une petite pelote de laine qui intègre une entreprise 100% masculine.

Pixar vient tout juste de dévoiler le premier court métrage de son nouveau programme "SparkShorts", qui vise à faire connaître de nouveaux artistes inconnus du grand public. Dans ce film d'animation de huit minutes, le spectateur suit Purl, une pelotte de laine rose qui effectue son premier jour au sein d'une entreprise largement dominée par des hommes. 

Le film a été créé par la scénariste et réalisatrice Kristen Lester, qui a expliqué que l'histoire était basée sur sa propre expérience dans le monde de l'animation. "Lors de mon premier emploi, j'étais la seule femme dans la pièce et, pour pouvoir m'intégrer et faire ce que j'aimais, je suis en quelque sorte devenue l'un de ces gars avec qui je travaillais. Ensuite, je suis arrivée chez Pixar et j'ai commencé à travailler en équipe avec des femmes pour la première fois. Ça m'a aidée à réaliser à quel point j'avais 'enterré' et laissé derrière moi mon aspect féminin", a-t-elle confié dans une interview pour Pixar.

Lors de son premier jour chez B.R.O. Capital, "une  start-up dynamique, énergique et axée sur les hommes", Purl fait face à des défis similaires à ceux que Kristen Lester a rencontré en début de carrière. La petite pelotte de laine est ainsi confrontée à l'hostilité de ses collègues, et tente par tous les moyens de s'intégrer en adoptant les codes de l'entreprise... jusqu'à ce qu'une autre collaboratrice féminine débarque et change sa vision des choses.

  1. Les travailleurs qui travaillent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Les travail­leurs qui travail­lent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Pas moins d'un travailleur sur cinq qui travaille par obligation est absent au moins 21 jours pour cause de maladie ou d'accident domestique. Parmi ceux qui choisissent délibérément de travailler, ils ne sont qu'un sur dix, ressort-il d'une étude menée par l'entreprise spécialisée en ressources humaines Securex. De plus, les travailleurs qui travaillent parce qu'ils le doivent se portent presque deux fois plus souvent malades sans l'être vraiment (17 % contre 10 %). Ils courent également plus de risques de burn-out.