Le week-end de cinq jours ou la journée de travail de deux heures, quelle est la clé du bonheur?

Face à la révolution numérique et le danger du réchauffement climatique, les experts insistent sur la nécessité de réformer radicalement le vieux modèle du travail.  

Plein écran
Illustration © Getty Images/Caiaimage

Une seule journée de travail par semaine représenterait la durée idéale pour protéger sa santé mentale. C’est du moins ce qu’affirme une nouvelle étude publiée ce 18 juin dernier dans la revue Social Science & Medicine et relayée par The Independent et Slate

Elle est le fruit des recherches d’une équipe de sociologues des universités de Cambridge et Salford. L’enquête a été menée auprès de 70.000 habitants du Royaume-Uni entre 2009 et 2018 et s’est focalisée sur “le lien entre les changements d’horaire de travail, la santé mentale et la satisfaction de vivre”. 

Selon les résultats observés, les anciens chômeurs et/ou parents au foyer qui ont repris une activité professionnelle de moins de huit par semaine “ont vu leur risque de développer des problèmes de santé mentale diminuer de 30 %”, précise Slate. 

Numérisation et automatisation

Face à la numérisation et l’automatisation du travail, les experts insistent sur la nécessité de réformer le système des huit heures quotidiennes. Ils suggèrent plusieurs scénarios: 

- le week-end de cinq jours sur sept

- la journée de travail de deux heures

- la prolongation des congés annuels, portés de quelques semaines à plusieurs mois. 

Réchauffement climatique

Selon le groupe de réflexion Autonomy, le danger du réchauffement climatique impose également une révolution du travail. Leurs conclusions plaident en faveur de la semaine de neuf heures afin de réduire les émissions de dioxyde de carbone. 

  1. Au top de sa carrière, il perd brutalement son fils: “Ne travaillez pas trop tard, câlinez vos enfants”

    Au top de sa carrière, il perd brutale­ment son fils: “Ne travaillez pas trop, câlinez vos enfants”

    Dans un émouvant message publié sur LinkedIn, un entrepreneur de Portland fait part de son expérience dramatique au monde professionnel. Patron d'une entreprise technologique à succès, l’Américain fait face à une tragédie dans sa vie privée: la perte de son fils de huit ans, Wiley. Ce drame lui a fait prendre conscience de l’importance des choix professionnels que l’on fait et de la place parfois trop envahissante que l’on laisse à son travail.