Plein écran
© getty

Les styles sociaux, un test qui va changer vos relations en équipe

Qui n'a jamais connu de conflits au travail? On a tous expérimenté des relations compliquées ou au contraire fructueuses avec certaines équipes. Il existe des collègues avec lesquels on a plus d'affinités et, d'autres, dont on ne comprend pas le mode de fonctionnement. Et si tout ceci pouvait être décrypté de manière logique? La théorie des style sociaux apporte un éclairage sur la personnalité de chacun au sein d'une équipe et permet ainsi de désamorcer les conflits. Travail plus efficace et ambiance plus détendue sont au rendez-vous!

Une manière de décoder les interactions

La théorie des styles sociaux est inspirée des travaux du philosophe et psychologue autrichien Paul Watzlawick et, notamment, de sa vision de la communication comme une influence réciproque des comportements des individus. Il s'agit de comprendre les différences de fonctionnement entre individus, les besoins et les émotions qui les sous tendent, afin de mieux communiquer au sein d'un groupe.

Comment s'y retrouver?

Les styles sociaux sont divisés en quatre catégories, réparties sur deux axes. Le premier oppose la rationalisation à l'émotion tandis que le second concerne les relations au pouvoir et met en exergue l'activité et la réactivité. La rationalisation concerne les personnes qui sont orientées vers les tâches tandis que l'émotion rassemble celles qui sont orientées vers les autres. Une personne qui sera dans l'activité aura tendance à prendre plus d'initiatives tandis qu'une personne dans la réactivité fera confiance aux autres pour prendre les décisions. La position d'un individu sur ces deux axes détermine son style social.

Les quatre styles sociaux

À la suite d'un test simple, on se voit alors proposer un style social qui correspond à un type de comportement général en groupe. Si l'individu est actif et émotionnel, il sera "promoteur" et si il est plutôt réactif et émotionnel également, il sera "intégrateur". Un individu actif et rationnel sera qualifié d'"organisateur" tandis qu'un réactif et rationnel sera un "analytique".

Il n'y a pas de bon ou de mauvais style mais bien un style qui correspond à chacun. Il est possible également de se retrouver exactement sur la ligne de séparation entre deux catégories ou de changer temporairement de style social selon une situation donnée. Un promoteur pouvant, par exemple, devenir un intégrateur s'il perçoit qu'il y a déjà d'autres promoteurs au sein du groupe.

À ces styles sociaux sont donc attribuées des caractéristiques comportementales:

- Les promoteurs sont des enthousiastes et des créatifs qui génèrent de l'énergie mais peuvent être impulsifs et abandonner en cours de route.

- Les intégrateurs sont ouverts et coopératifs et, s'ils sont faciles à vivre en groupe, ils peuvent aussi avoir du mal à travailler de manière autonome.

- Un organisateur est résolu et pragmatique notamment dans la prise de décision ce qui en fait un très bon allié en cas de crise mais il peut parfois manquer d'écoute et de patience.

- Enfin, un analytique est précis et réfléchi, il envisage toutes les options et prend des décisions avec calme. Il a néanmoins parfois du mal à être créatif et à sortir de sa zone de confort.

En ayant connaissance de chacun de ces styles, on peut dès lors essayer d'analyser les comportements de l'équipe afin d'identifier leurs besoins et leurs comportements. Certains paraîtront dès lors plus logiques et il sera plus facile d'en comprendre les raisons. Chacun pourra se voir attribuer une place dans laquelle il se sent véritablement à l'aise et qui pourra l'amener au meilleur de ses capacités.

  1. Les travailleurs qui travaillent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Les travail­leurs qui travail­lent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Pas moins d'un travailleur sur cinq qui travaille par obligation est absent au moins 21 jours pour cause de maladie ou d'accident domestique. Parmi ceux qui choisissent délibérément de travailler, ils ne sont qu'un sur dix, ressort-il d'une étude menée par l'entreprise spécialisée en ressources humaines Securex. De plus, les travailleurs qui travaillent parce qu'ils le doivent se portent presque deux fois plus souvent malades sans l'être vraiment (17 % contre 10 %). Ils courent également plus de risques de burn-out.