Plein écran
© getty

Seul un exclu du chômage sur quatre trouve du travail après deux ans

Que sont devenues les personnes exclues des allocations d'insertion? Deux ans après la fin de leurs allocations, seul un quart ont un emploi (26,3%), selon une enquête interne du Forem relayée mardi par La Libre.

Depuis le 1er janvier 2015, le droit aux allocations d'insertion est limité, sauf exception, à un maximum de 36 mois. Ces allocations sont versées aux chômeurs qui n'ont pas encore suffisamment travaillé pour bénéficier d'allocations de chômage. Le gouvernement Di Rupo avait pris la décision de limiter ces allocations dans le temps. Le gouvernement Michel a renforcé la mesure.

Les chiffres
En Wallonie, entre 2015 et août 2018, 29.495 personnes sont arrivées en fin de droit aux allocations d'insertion.

Sur les 19.000 personnes exclues en 2015, 26,3% avaient trouvé du travail deux ans plus tard. C'est 5% de moins qu'un "groupe de référence" de demandeurs d'emploi tirés au sort et présentant les mêmes caractéristiques en termes d'âge, de sexe et d'expérience professionnelle.

L'exclusion éloigne de l'emploi
Plus de la moitié (53%) n'était ni à l'emploi, ni en formation, ni inscrits au Forem. L'exclusion semble donc avoir pour effet d'éloigner les personnes concernées de l'emploi, de la formation et de l'organisme censé les aider, écrit La Libre.

  1. Les travailleurs qui travaillent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Les travail­leurs qui travail­lent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Pas moins d'un travailleur sur cinq qui travaille par obligation est absent au moins 21 jours pour cause de maladie ou d'accident domestique. Parmi ceux qui choisissent délibérément de travailler, ils ne sont qu'un sur dix, ressort-il d'une étude menée par l'entreprise spécialisée en ressources humaines Securex. De plus, les travailleurs qui travaillent parce qu'ils le doivent se portent presque deux fois plus souvent malades sans l'être vraiment (17 % contre 10 %). Ils courent également plus de risques de burn-out.