Plein écran
© getty

Une femme licenciée pour avoir volé de la nourriture dans le frigo du bureau

Une femme enceinte a contacté la direction à force de se faire régulièrement voler son plat du midi.

Une employée britannique se rendait quotidiennement au bureau avec un plat préparé avec amour par son mari. Enceinte, ces plats convenaient parfaitement aux recommandations qui concernaient son alimentation. 

Malheureusement, la jeune femme a vu trop régulièrement son plat disparaître du frigo. Elle a donc d'abord laissé une étiquette avec son nom sur son plat. Elle ensuite décidé de laisser une note: si la personne qui lui prenait son repas était friande de la cuisine de son mari, celui-ci pouvait cuisiner une portion en plus, moyennant finances. Certains collègues se sont même montrés demandeurs de ce genre d'initiatives.

Le voleur continuant à prendre ses repas, l'employée à contacté le service des ressources humaines pour se plaindre. De temps en temps, elle se contentait de sandwichs, qu'elle gardait dans son sac, près d'elle. Le service informatique a installé des caméras dans la cuisine du bureau.

Au final, le voleur s'est révélé être une femme d'âge moyen qui avait quelques animosités envers la femme enceinte. Proche d'un poste à haut niveau, elle espérait recevoir bientôt une promotion. Elle a finalement été convoquée par la direction pour être remerciée et ne fait plus partie de l'entreprise désormais.

  1. Les travailleurs qui travaillent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Les travail­leurs qui travail­lent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Pas moins d'un travailleur sur cinq qui travaille par obligation est absent au moins 21 jours pour cause de maladie ou d'accident domestique. Parmi ceux qui choisissent délibérément de travailler, ils ne sont qu'un sur dix, ressort-il d'une étude menée par l'entreprise spécialisée en ressources humaines Securex. De plus, les travailleurs qui travaillent parce qu'ils le doivent se portent presque deux fois plus souvent malades sans l'être vraiment (17 % contre 10 %). Ils courent également plus de risques de burn-out.