Plein écran
Ubolratana © ap

Une princesse rebelle se présente au poste de Premier ministre en Thaïlande

Ayant dû renoncer à son titre royal au début des années 1970 pour épouser un Américain, Ubolratana, soeur aînée du roi de Thaïlande et candidate surprise au poste de Premier ministre, confirme son image de princesse rebelle.

Plein écran
© ap
Plein écran
© epa

"J'ai abandonné mon titre de noblesse et je vis comme une roturière comme une citoyenne ordinaire au sens de la Constitution", a écrit vendredi sur Instagram Ubolratana, réagissant pour la première fois à l'annonce de sa candidature.

Sportive et chanteuse
Sportive accomplie, chanteuse pop à ses heures, elle avait jusqu'ici montré peu de goût pour la politique, préférant défendre le cinéma thaïlandais dans les festivals du monde entier. Elle a d'ailleurs joué dans plusieurs films, dont "Where the Miracle Happens", sorti en 2008 et présenté au festival de Cannes.

Des liens avec le Premier ministre progressiste
La princesse n'a jamais caché sa proximité avec l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, bête noire des élites conservatrices ultra-monarchistes et de l'armée.

Elle a ainsi assisté à la demi-finale de la Coupe du monde 2018 entre l'Angleterre et la Croatie aux côtés de ce dernier et de sa soeur Yingluck, tous deux en exil après avoir été renversés par les militaires.

Et lorsqu'en 2017 Thaksin Shinawatra, rompant un long silence, cite Montesquieu sur les réseaux sociaux ("Il n'y a pas de tyrannie plus cruelle que celle qui se perpétue sous le bouclier de la loi et au nom de la justice"), la princesse commente sur Instagram: "Je suis d'accord !!! Su Su", ce qui signifie "Au combat!" en thaï.

Une image de princesse rebelle
Née à Lausanne, en Suisse, Ubolratana est l'aînée des enfants du roi Bhumibol Adulyadej, décédé en 2016, et de la reine Sirikit.

Elle cultive une image de princesse rebelle depuis son départ vers les Etats-Unis pour étudier. Elle y rencontre un Américain, Peter Ladd Jensen, et abandonne en 1972 son titre royal pour l'épouser.

Enfant, "c'était la fille préférée de son père. Ils ont même participé à des compétitions de voile ensemble", raconte David Streckfuss, spécialiste de la monarchie thaïlandaise interrogé par l'AFP.

"Mais quand elle a abandonné son titre, les choses se sont évidemment détériorées avec sa famille. Depuis son retour, elle a tout fait pour regagner leur estime", ajoute-t-il.

De son union avec Peter Ladd Jensen naissent deux filles et un fils. Mais le couple divorce en 1998. Et trois ans plus tard, la princesse est de retour en Thaïlande, où elle reprend une partie de ses obligations royales.

Un drame frappe alors Ubolratana: son fils autiste, Poom, meurt à l'âge de 21 ans dans le tsunami dévastateur de 2004. Après sa mort, elle crée une fondation en son nom pour aider les enfants autistes.

Active sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram où elle compte près de 100.000 abonnés, elle fait volontiers part de ses vues sur des sujets de société, alors que les membres de la famille royale restent plutôt sur leur réserve, participant à des évènements officiels sans faire le moindre commentaire sur la société.

Sur le récent pic de pollution sans précédent qui a étouffé Bangkok par exemple, la princesse a ainsi réagi sur internet, avec une photo d'elle portant un masque anti-pollution noir: "Ce problème doit être résolu le plus rapidement possible. Les enfants ne peuvent plus aller à l'école".

  1. Les travailleurs qui travaillent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Les travail­leurs qui travail­lent par obligation sont deux fois plus souvent absents

    Pas moins d'un travailleur sur cinq qui travaille par obligation est absent au moins 21 jours pour cause de maladie ou d'accident domestique. Parmi ceux qui choisissent délibérément de travailler, ils ne sont qu'un sur dix, ressort-il d'une étude menée par l'entreprise spécialisée en ressources humaines Securex. De plus, les travailleurs qui travaillent parce qu'ils le doivent se portent presque deux fois plus souvent malades sans l'être vraiment (17 % contre 10 %). Ils courent également plus de risques de burn-out.