Affaire Polanski: une blague de Michaël Youn suscite la polémique

“J’accuse”, la reconstitution de l’affaire Dreyfus par Roman Polanski, est sorti en salles mercredi sur fond de polémique, alors que le réalisateur est visé par une nouvelle accusation de viol qui embarrasse le cinéma français. Présent à une avant-première programmée dans un cinéma parisien, mardi soir, Michaël Youn a essayé de détendre l'atmosphère en lâchant une blague au micro de Quotidien. Une tentative qui n'a pas vraiment eu l’effet escompté et qui a provoqué une vague d’indignation sur Twitter. 

Le film de Polanski sur l’affaire Dreyfus sort alors qu’une photographe française, Valentine Monnier, dans une lettre ouverte publiée vendredi dans Le Parisien, accuse le cinéaste de l’avoir violée en 1975, alors qu’elle avait 18 ans, lors d’un séjour au ski à Gstaad, en Suisse. 

Une sortie médiatique qui a perturbé la promotion du film. Dimanche dernier, Jean Dujardin, qui figure dans le casting de “J'accuse”,  a annulé sa venue au 20 heures de TF1 ne souhaitant pas répondre à des questions liées aux accusations. Mardi soir, une avant-première prévue au Champo, un cinéma d’art et essai parisien, n’a pu avoir lieu. L’accès à la salle a été bloqué par des manifestantes, derrière une banderole “Polanski violeur, cinémas coupables, public complice”.

Dans une autre salle de cinéma de la capitale française, des célébrités présentes pour assister à la projection du film n’ont pu dissimuler leur embarras. Comme échappatoire, Michaël Youn a utilisé la carte de l’humour et de la provocation. “À choisir, Polanski fait quand même des meilleurs films que Guy Georges” (NDLR: condamné en 2001 pour les viols et meurtres de sept femmes), a-t-il lancé au micro de Quotidien. 

Une “blague” qui suscite la polémique sur les réseaux sociaux.