Plein écran
© reuters

Avant Alien, il y a Prometheus: l'un des films les plus attendus de l'année

Ridley Scott aime le mystère. Les bribes d'informations et les extraits de son nouveau film sont dévoilés au compte-goutte. Prometheus, c'est son nom, signe le retour à la science-fiction du réalisateur. Que les fans d'Alien se réjouissent! Ce matin, à Paris, le chef et ses ouailles, à savoir l'acteur Michael Fassbender et les ravissantes Charlize Theron et Noomi Rapace, levaient le voile sur cette aventure, qui prendra vie dans les salles obscures le 30 mai.

Plein écran

Basé sur le mythe grec de Prométhée, puni par les dieux pour leur avoir volé le feu, Prometheus raconte l'histoire d'un groupe de scientifiques bien décidés à dévouvrir les origines de l'humanité. Ils s'envolent vers une planète inexplorée jusqu'alors, dans les recoins les plus sombres de l'univers, afin de trouver des réponses à leurs questions. Pour le peu qu'on en a vu (un montage de 15 minutes), sachez que Prometheus semble mériter l'attente qui l'entoure.

Considéré comme l'un des "films les plus attendus de l'année", ses décors et sa 3D sont époustouflants. Ridley Scott nous confiait il y a quelques heures à peine à quel point il a aimé tourner en 3 dimensions. "La 3D vous aide à entrer dans l'univers du film, dans l'histoire. Nos yeux sont comme deux caméras. On voit en 3D en permanence puisqu'on a une vision proche et une vision lointaine. Quand on enfile nos lunettes 3D, simplement, le cerveau s'en souvient."

Plein écran

Michael Fassbender, l'acteur que tout le monde s'arrache pour le moment, joue un androïde. C'est peut-être l'une des seules informations sur laquelle personne ne fait de mystère. "Michael a rejoint le niveau des meilleurs acteurs au monde. On peut lui demander ce qu'on veut, il peut le faire. Dans le film, son personnage amène un peu d'humour, on a le droit de sourire. On ne cache jamais ce qu'il est: c'est un robot. Et parce qu'on l'accepte directement comme tel, l'équipage l'accepte aussi. C'est comme ça, c'est un robot, tout le monde le sait. Il n'y a qu'une personne à bord du vaisseau qui ne l'accepte pas. Ils n'arrêtent pas de se disputer."

Ce robot côtoie deux femmes aux caractères bien trempés, courageuses et ambitieuses jouées par Charlize Theron et Noomi Rapace. Ridley offre généralement aux femmes qu'il choisit des personnages forts. "Tous les personnages féminins de mes films sont forts et engagés. Ca vient sûrement de ma mère, qui était très grande et qui n'hésitait pas à nous botter les fesses à mon frère et à moi", confie-t-il dans un sourire.

Charlize Theron est, à l'écran, celle qui supervise la mission tandis que Noomi est le personnage qui subit le plus de transformations. "Elisabeth est archéologue et scientifique mais elle croit en Dieu. C'est une rêveuse. Elle a des attentes puériles: elle est persuadée que ce voyage lui amènera toutes les réponses à ses questions. Au fur et à mesure de l'histoire, elle devient forte, comme doit l'être une survivante."

Plein écran
Plein écran

Si on a longtemps cru que Prometheus serait le prequel d'Alien, ce n'est pas tout à fait le cas. Seules les 8 dernières minutes de ce film font référence à Alien, Le Huitième Passager. "J'ai vu les films d'Alien qui ont été faits après le mien. J'ai l'esprit de compétition, je ne vous dirai pas si je les ai aimés ou non... Mais aucun n'avait posé cette question: qui est cette personne dans le siège? Il y a trois ans, j'ai eu envie de reprendre cette franchise, bien que je n'aime pas ce mot, et d'en faire quelque chose d'autre. On s'est assis avec les auteurs pendant des jours et des jours pour essayer de répondre à toutes vos questions et finalement, on s'est éloigné d'Alien. Alien est juste le fusible qui a permis de faire une connexion."

Prometheus sortira le 30 mai et fera 1h59 sans le générique de fin. "C'est très serré et ce que je voulais", conclut Ridley Scott, satisfait. Rendez-vous dans un bon mois et demi pour découvrir ce qui s'annonce être un excellent film de science-fiction.

Plein écran
  1. Rencontre avec l’acteur qui fait l’unanimité: “J’ai dû réapprendre à mal jouer”
    7sur7 à Hollywood

    Rencontre avec l’acteur qui fait l’unanimité: “J’ai dû réapprend­re à mal jouer”

    Est-il possible que quelqu’un puisse ne pas aimer Will Smith? Depuis la fin des années 80 et la mythique série “Le Prince de Bel Air”, l’acteur de 51 ans (depuis le 25 septembre) bénéficie d’un capital sympathie sans précédent. Drôle, charismatique, bankable, sincère, papa cool, mari attentionné, Will Smith semble n’avoir aucun défaut et a le don de transformer n’importe quelle personne normalement constituée en groupie hystérique. On a encore pu le constater lors de la première de “Gemini Man” à Los Angeles ou de la présentation du film à la presse chez YouTube. Will Smith a un autre don: celui de sauver un film. Sa présence à l’écran suffit généralement à justifier le prix d’une place de cinéma. Heureusement pour “Gemini Man” qui, malgré une prouesse technologique incroyable, n’est pas le chef-d’œuvre espéré. Rencontre.