Plein écran
L’affiche du film. © AFP

“Ça” démarre fort au box-office nord-américain

"Ça: Chapitre 2", la suite du film d'horreur adapté du roman de Stephen King, a fait ce week-end une entrée terrifiante au box-office nord-américain, selon les estimations publiées dimanche par la société spécialisée Exhibitor Relations.

Le retour du clown maléfique Grippe-Sou, avec notamment Jessica Chastain à l'affiche, a massacré la concurrence en amassant 91 millions de dollars de vendredi à dimanche dans les salles obscures des Etats-Unis et du Canada.

C'est un peu moins bien que les 123 millions récoltés à sa sortie en 2017 par le premier "Ça" du nom, film d'horreur le plus lucratif de l'histoire. Mais ce deuxième opus laisse tout de même très loin derrière au box-office son dauphin du week-end, "La Chute du Président", et ses six millions de dollars seulement.

Dans ce long-métrage de Ric Roman Waugh, Gerard Butler reprend son rôle de garde du corps du président américain (Morgan Freeman), contre lequel il est accusé d'être le cerveau d'une tentative d'assassinat.

Le “Roi Lion” truste toujours le haut du classement

Les mauvais garçons de "Good Boys", une comédie potache sur les péripéties de trois ados s'éveillant à la sexualité, s'accrochent au podium avec 5,4 millions de dollars en trois jours.

Indéboulonnable des hauteurs du classement, le "Roi Lion" de Disney, quatrième, a lui ajouté 4,2 millions à des recettes atteignant 1,6 milliard de dollars à travers le monde depuis sa sortie il y a deux mois.

"Overcomer", film plein de bons sentiments sur un entraîneur d'un lycée américain chargé d'une athlète orpheline et asthmatique, referme le Top 5 grâce à ses 3,8 millions de dollars du week-end.

  1. Adèle Haenel, dégoûtée par la victoire de Roman Polanski aux César, quitte la salle
    Play

    Adèle Haenel, dégoûtée par la victoire de Roman Polanski aux César, quitte la salle

    Malgré les manifestations violentes anti-Polanski devant la salle où se déroulait la cérémonie des César, ce vendredi à Paris, Roman Polanski a reçu le prix de la meilleure réalisation. Une annonce qui a jeté un froid dans l'assemblée. Adèle Haenel qui venait de voir le César de la meilleure actrice lui passer sous le nez a manifesté son dégoût en quittant la salle. Elle a été suivie par une partie du public.
  2. “Moi à l'époque des faits, j’avais 3 ans, j’étais au stade anal. Lui était à Hollywood, il était au même stade”
    Play

    “Moi à l'époque des faits, j’avais 3 ans, j’étais au stade anal. Lui était à Hollywood, il était au même stade”

    Florence Foresti est maître de cérémonie aux César et elle a réussi, avec son discours d’introduction, à mettre le cinéma français face à ses contradictions. Elle n’a pas hésité à évoquer les problèmes qui secouent le cinéma. Dans une vidéo où elle imaginait le discours qu’elle allait faire, elle a déclaré, s’imaginant devant son public: “Il y a des prédateurs dans la salle. Non, pardon, des producteurs. Sur le tapis rouge, vous n’oublierez pas de poser de face mais aussi de profil. Ça peut toujours servir.”