Plein écran
© Knock (2017)

Charmant et manipulateur, ce médecin pourrait vous faire croire n'importe quoi

Plus de soixante ans après la célèbre adaptation de "Knock" au cinéma, Omar Sy se met dans la peau du médecin incarné par Louis Jouvet. Le film de Lorraine Lévy sort aujourd'hui dans nos salles.

Plein écran
© Knock (1951)
Plein écran
© Knock (2017)
Plein écran
© Knock (2017)

"Knock ou le Triomphe de la médecine", c'était d'abord une pièce de théâtre, écrite par Jules Romains et mise en scène par Louis Jouvet dès 1923. Le comédien français a ensuite incarné le personnage de Knock deux fois au cinéma, en 1933 et en 1951, peu avant sa mort. Cette dernière adaptation de Guy Lefranc reste la plus mémorable, et depuis, peu de réalisateurs ont osé se mesurer à un tel monument. Mais pour se démarquer de Louis Jouvet, Lorraine Lévy, la soeur de Marc l'écrivain, a eu l'idée de faire appel à un acteur qui n'avait jamais entendu parler de Knock, une star populaire qui a d'ailleurs été élue personnalité préférée des Français en 2016.

Omar Sy, 39 ans, a délaissé pendant un mois le soleil de Los Angeles pour retrouver celui de la Drôme en France, dans le village fictif de Saint-Maurice à l'époque des années 50. Dans la peau de Knock, un grand et beau médécin au passé mystérieux, il reprend la clientèle du docteur Parpalaid avec une certaine ambition: persuader tous les habitants qu'ils sont en réalité des malades qui s'ignorent et faire fortune avec le pharmacien en profitant de leur crédulité. Et le plan aurait pu très bien fonctionner si une ancienne connaissance ne venait pas le rattraper et s'il n'était pas tombé amoureux de la plus jolie fille du village, Adèle, incarnée par Ana Girardot.

Si le Knock de Louis Jouvet se montrait cynique et légèrement terrifiant, celui d'Omar Sy devient tendre, souriant et attachant sous ses airs de voyou repenti. On ne peut qu'applaudir l'initiative de Lorraine Lévy qui refuse d'évoquer la couleur de peau de son acteur principal dans cette histoire, on apprécie également l'ambiance de troupe théatrale et la qualité des rôles secondaires (les plus savoureux à notre avis). Mais on regrette les rebondissements faciles et attendus, le manque de modernité et la disparition de tout humour grinçant.

  1. Comment voulez-vous la regarder dans les yeux?

    Comment vou­lez-vous la regarder dans les yeux?

    En 1994, Eva Herzigova faisait la publicité de Wonderbra en demandant aux passants de la regarder dans les yeux malgré son décolleté affolant. Un effort surhumain à l’époque et pas plus facile aujourd’hui. L’histoire ne dit d'ailleurs pas si elle faisait la même requête aux gens hier, à Cannes. Parce qu’il était, une fois encore, compliqué de regarder ailleurs... La top de 46 ans s’est rendue à un repas organisé par Dior et Vogue vêtue d’un dessus transparent sous lequel elle ne portait pas de soutien-gorge. Sexy!