Plein écran
© REUTERS

Détenue droguée, servante écarlate et strip-teaseuse: “Ce n’était pas mon rêve”

7sur7 à HollywoodMadeline Brewer nous appelle depuis le jardin de la maison de ses parents, dans le New Jersey. C’est là qu’elle a grandi. Elle s’accorde quelques jours de repos après la promotion intense de “Queens” au Festival de Toronto. Elle joue Dawn, une strip-teaseuse qui rejoint le gang de Ramona (Jennifer Lopez) juste avant la chute. Si son nom ne vous dit rien, son visage vous est sûrement familier. 

Vous l’avez découverte en blonde, les tresses plaquées au crâne, dans le rôle de Tricia Miller, une prisonnière accro à la drogue dans “Orange is the new black” sur Netflix. Un rôle qui a changé sa vie. “Je venais d’être diplômée de l’American Musical and Dramatic Academy quand mon agent m’a décroché une audition pour Orange is the new black. Je rêvais de Broadway et de théâtre à New York. C’est finalement à la télé que tout a commencé pour moi. C’est un rêve différent mais c’est un rêve formidable que je suis en train de vivre.”

Plein écran
Madeline dans le rôle de Tricia Miller dans la série "Orange is the new black". © Netflix

Le personnage de Tricia Miller a une “place particulière” dans son cœur. “Elle a changé ma trajectoire professionnelle mais aussi ma trajectoire de vie. Je travaillais chez Victoria’s Secret et dans un bar”, se rappelle-t-elle, comme pour dire à celles qui l’admirent que tout est possible. Elle sourit: “Je dois toujours travailler aujourd’hui. Je n’ai pas gagné assez d’argent pour ne plus avoir à le faire. Mais Tricia m’a permis de changer ma destinée.”

Plein écran
© Getty Images

Madeline Brewer a retrouvé ses cheveux flamboyants pour “La servante écarlate” où elle joue Janine, un personnage un peu borderline, souffrant de syndrome post-traumatique, qui a perdu un œil dans son combat pour la survie. “Au moment où j’ai lu le script de La Servante écarlate, j’ai trouvé son personnage torturé et complexe mais tellement fort. Tous les personnages dans La Servante écarlate sont très profonds. Je me suis dit que c’était formidable d’avoir un personnage comme ça à la télévision. Je ne suis qu’impatience à l’idée d’en découvrir plus sur elle.” 

Madeline admet que Janine l’a changée. “Au départ, je me disais qu’elle était complexe, que ça allait être amusant à jouer. À force de passer du temps avec elle, et découvrir ce qu’elle est, ça a un impact sur la personne que je suis.” Elle explique que Janine la pousse à affronter son pessimisme perpétuel. “Je grandis avec elle. C’est comme un morceau de moi. Chaque personnage m’emmène à la prochaine étape de mon voyage en tant que personne.” Elle espère désormais que son personnage fera partie intégrante de la résistance. “J’espère que les gens vont l’aimer non pas parce qu’ils ont pitié pour elle mais parce qu’ils croient en elle.”

Plein écran
Madeline est Janine dans "La servante écarlate". © DR

Entre deux aventures télévisées, Madeline a tourné “Queens” avec Jennifer Lopez et Constance Wu. On lui demande si elle a eu de la chance dans sa carrière puisqu’elle décroche des rôles dans des projets qui comptent. “Quelqu’un a dit: La chance, c’est quand les opportunités rencontrent la préparation.” Madeline travaille dur pour en arriver là, elle tient à le dire. Ce n’est pas qu’une affaire de hasard. Elle se rappelle avoir été “terriblement stressée” le premier jour de tournage. Elle a pu compter sur Jennifer Lopez, dont elle écoutait les tubes bien avant de devenir actrice, pour la rassurer.

“Elle m’a prise par le bras et m’a dit: Tu t’en sors bien”. Madeline est heureuse d’avoir pris part à ce film sur le strip-tease qui bouscule le genre. “On voit toujours des strip-teaseuses à l’écran accro à la drogue ou qui sont là parce qu’elles n’ont pas chance. Aucune de ces filles n’est comme ça ici.” Madeline avait déjà joué dans “Cam” sur Netflix. Elle interprétait une cam-girl. C’est donc la deuxième fois qu’elle joue une strip-teaseuse.

“J’aime ce sujet. Tant qu’il y aura des hommes et tant qu’il y aura des femmes et tant qu’ils voudront coucher ensemble, il y aura des travailleuses du sexe. La lumière qu’Hollywood met sur le travail du sexe est généralement négative. On ne met jamais la lumière sur ces gens en les traitant comme des personnes. On les montre comme des personnes qui vendent leur corps, leur dignité, leur innocence. C’est une façon tellement obsolète et franchement sexiste de voir les choses”, regrette-t-elle.

Depuis “Queens”, Madeline s’est rhabillée et espère dévier un peu de sa trajectoire pour réaliser son rêve ultime: percer au théâtre. Son détour par la télévision et le cinéma lui permettra probablement de décrocher un rôle de choix sur les planches. Elle n’abandonnera pas ses projets sur les écrans pour autant. Elle nous confie dans un éclat de rire: “Je veux tout!”

Plein écran
© AFP