Kate Winslet dans "Contagion".
Plein écran
Kate Winslet dans "Contagion". © DR

Et si le film “Contagion” décrivait notre réalité?

Le film “Contagion”, réalisé par Steven Soderbergh et sorti en 2011, avait-il prévu l’épidémie de coronavirus? Le film raconte la propagation déroutante d’un virus qui se transmet via des surfaces touchées par les patients malades. Les responsables de la santé tentent désespérément d’identifier et de contenir la maladie. Le monde vire à l’anarchie. Et enfin, un vaccin est proposé pour arrêter la propagation. Si le film semble si proche de la réalité, c’est parce que Scott Z. Burns, le scénariste, a consulté des représentants de l’Organisation Mondiale de la Santé au sujet des tenants et des aboutissants des maladies infectieuses tandis que Kate Winslet a travaillé en collaboration avec le Centers of Disease Control and Prevention aux États-Unis pour interpréter son rôle d’épidémiologiste au mieux. Alors, si “Contagion” dit vrai, à quoi doit-on s'attendre?

Dans “Contagion”, on apprend que le virus fictif MEV-1 provient d’un cochon qui a mangé un morceau de banane rejeté par une chauve-souris infectée. Ce cochon est ensuite abattu et cuisiné par un chef qui serre la main de Beth Emhoff (Gwyneth Paltrow à l’écran), sans l’avoir lavée au préalable. Il lui transmet le virus. Beth est le patient zéro, le premier cas identifié. 

Dans “Contagion” comme dans la vie, les chauves-souris sont considérées comme la source possible de l’épidémie. Lorsque les chauves-souris sont stressées, comme lorsqu’on détruit leur habitat comme c’est le cas dans le film, leur système immunitaire diminue. Elles n’arrivent pas à lutter contre les agents pathogènes qu’elles combattent habituellement sans trop de problèmes. Elles souffrent donc d’infections en tout genre. Dans la réalité, la chauve-souris probablement responsable du problème était vendue sur un marché en Chine. Les animaux sauvages qui se trouvent dans ces marchés sont rassemblés et vendus comme animaux de compagnie ou comme aliments. De quoi être un peu stressés...

Jude Law dans "Contagion".
Plein écran
Jude Law dans "Contagion". © DR

Dans “Contagion” comme dans la réalité, les symptômes sont: de la fièvre, des maux de tête, de gorge, des vertiges, de la toux. “Contagion” ajoute les crises d’épilepsie et de l’écume dans la bouche. Comme le Covid-19, le MEV-1 du film est une maladie respiratoire, transmise par des gouttelettes de salive expulsées lors d’un éternuement ou d’une toux. Dans les deux cas, le virus se transmet aussi via les surfaces.

Un remède “miracle” mais dont l’efficacité n’est pas prouvée

Le taux de mortalité du virus de “Contagion” est de 25 à 30% tandis que celui du Covid-19 se situe entre 1,8 et 3,4%. Dans “Contagion”, un blogueur, joué par Jude Law, prône un remède homéopathique, la forsythia, pour vaincre le virus. Il dit s’être rétabli après en avoir pris, même si aucune étude n’a prouvé son efficacité. Jude Law racontait à l’époque de la sortie du film que son personnage était responsable “d’une épidémie parallèle de peur et de panique” basée sur la méfiance envers les médias et le gouvernement. 

Dans la réalité? Il n’existe aucun remède ou vaccin pour le Covid-19, pourtant les médicaments chloroquine et son analogue hydroxychloroquine sont plébiscités par le président Donald Trump. Les deux médicaments sont approuvés par la Food and Drug Administration américaine pour traiter la malaria et d’autres maladies telles que l’arthrite rhumatoïde et le lupus.

“Contagion” montre que les gens saccagent des magasins, des banques, des épiceries. Dans la vraie vie, ça ne s’est pas (encore?) produit. Mais on n’est pas à l'abri d’un dérapage dans certains pays.

Le vaccin et l’espoir

Et le vaccin alors? Dans le film, le Docteur Ally Hextall, chercheuse au CDC, dit qu’il faut jusqu’à un an pour pouvoir distribuer un vaccin. Elle accélère le processus en s’inoculant le vaccin comme expérimentation finale. Dans la réalité, pour le Covid-19, on parle de 18 mois.

Si “Contagion” semble décrire notre vie actuelle, la fin du film donne un peu d’espoir. On voit des gens dans un aéroport. Ils attendent d’embarquer sur leur vol. Un homme fait tomber quelque chose. La personne derrière lui ramasse l’objet perdu pour lui et le lui tend. La vie semble avoir repris son cours. Vivement!

  1. Tout ce que vous ne savez pas sur le film “Braveheart”, qui fête ses 25 ans

    Tout ce que vous ne savez pas sur le film “Braveheart”, qui fête ses 25 ans

    Le film “Bravehaert”, produit, réalisé et interprété par Mel Gibson, fête ses 25 ans. Il est sorti en mai 1995 aux États-Unis. Retour sur cette épopée historique de trois heures qui montrait la bataille qui montrait William Wallace mener son armée d'Écossais à une victoire bouleversante sur les forces royales d’Angleterre. Voici tout ce que vous ne savez probablement pas sur ce film qui a marqué la carrière de Mel Gibson.