Plein écran
Max Minghella © Hulu

Fils d'un réalisateur oscarisé et star d’une série à succès: “J’aurais aimé que ça m’aide, mais non...”

7sur7 à HollywoodCeux qui regardent “The Handmaid’s Tale” le connaissent pour son histoire d’amour avec June. Alors que la troisième saison de la série vient de nous faire voir le personnage de Nick sous un autre angle, Max Minghella s’offre une respiration avec le film “Teen Spirit” dans lequel il ne joue pas mais qu’il réalise. À voir mercredi au cinéma.

“Teen Spirit” raconte l’histoire de Violet, jeune Polonaise installée sur l’île de Wight au Royaume-Uni avec sa mère. Elle participe aux dépenses familiales en enchaînait les petits boulots déprimants après l’école. Quand les casteurs du télé crochet à succès Teen Spirit annoncent leur passage près de chez elle, Violet, encouragée par Vlad, un ancien chanteur d’opéra, tente sa chance. 

Max Minghella n’a pas d’intérêt particulier pour les concours de chant. “C’était la chose la moins importante pour moi dans le film”, nous confiait-il récemment à Los Angeles. “Je voulais surtout filmer les coulisses. Que se passe-t-il dans les chambres d’hôtel ? Qu’est-ce qui est authentique ? C’est ça qui m’intéressait.” “Teen Spirit” est né de son obsession pour une chanson : l’électrisant “Dancing on my own” de Robyn. “C’est une chanson pop et mélancolique à la fois. Ça a fait travailler mon imagination, je pouvais voir le film dans ma tête rien qu’en écoutant cette chanson.” Dans la bande-son, vous entendrez aussi Ariana Grande et Katy Perry. “Je suis un fan de musique pop”, confie Max. “Je pense que les gens sous-estiment le pouvoir de la pop.”

Fils d'un réalisateur oscarisé: “C'était une super école de cinéma mais je n’en avais pas conscience”

Max Minghella n’en est pas arrivé là par hasard. Il est le fils du réalisateur oscarisé Anthony Minghalla, décédé subitement il y a une dizaine d’années, à qui l’on doit “Le Patient Anglais”, “Le talentueux Monsieur Ripley" et “Cold Mountain”. Max passait sa vie dans les salles de montage. “À 8 ans, ce n’était pas très amusant mais aujourd’hui, je suis tellement reconnaissant de ça. J’ai tellement appris en le regardant travailler. C’était une super école de cinéma mais je n’en avais pas conscience à l’époque.”

D’aussi loin qu’il se souvienne, Max a toujours eu une caméra à la main. Il s’est longtemps contenté de filmer les soirées d’anniversaire et les mariages de ses amis. “C’était une vraie passion. J’ai passé toute ma vingtaine à faire des montages, des petits films pour moi. J’ai commencé à travailler sur “Teen Spirit” il y a dix ans, j’ai fait des tonnes de versions et j’ai fini par en envoyer une à Jamie Bell, qui est mon meilleur ami mais aussi la personne la plus intelligente que je connaisse. Vous savez, je me sens vraiment à l’aise en tant que réalisateur. Bien plus à l’aise qu’en tant qu’acteur. Je suis plutôt timide, donc je suis content d’être de l’autre côté de la caméra.”

Max n’est pas devenu acteur par choix. Mais c’était une solution “facile” pour lui qui n’était “pas très bon” à l’école. “Je voulais juste sortir de là. Je détestais étudier, le côté académique, les devoirs. Devenir acteur était surtout une façon de m’échapper de tout ça.” On l’a vu dans “The Social Network”, dans “The Darkest Hour” ou encore dans le clip “Shot at the night” des Killers, 

De “The Handmaid’s Tale”, il ne dira pas grand-chose pour entretenir le suspense si ce n’est qu’il y a enfin de “l’espoir” dans la nouvelle saison. “On est dans un autre environnement, il y aura plus de personnages. Le monde s’agrandit. J’ai adoré la saison 2, mais c’était très dur à tourner.” La notoriété qu’il a acquise grâce à la série l’a-t-elle aidé à réaliser son film? Son nom suffit-il désormais à générer des fonds? Il rigole: “J’aurais aimé que ça m’aide mais non, ce n’est pas un business très généreux. Personne ne fait aucune faveur à personne. La chose dont je suis le plus fier avec ce film, c’est qu’on sera capable de rendre l’argent à tous ceux qui ont investi dedans.”

Plein écran
Max Minghella dans "The Handmaid's Tale". © Hulu
  1. L'actrice que les gens aiment tant détester: “Je n'ai jamais regretté d'avoir été honnête”
    7sur7 à Hollywood

    L'actrice que les gens aiment tant détester: “Je n'ai jamais regretté d'avoir été honnête”

    “Elle fait partie des gens qu’Internet n’aime pas”. C’est comme ça que Rebel Wilson nous parlait de celle qui partage l’affiche du film “Le coup du siècle” avec elle lorsque nous l’avons rencontrée à New York. C’est vrai qu’Anne Hathaway a mauvaise réputation. “Elle est bien plus drôle que les gens le croient”, la défendait Rebel. Alors qu’elle est à l’affiche du film “Le coup du siècle” au cinéma mercredi, on s’interroge: comment expliquer l’agacement que l’actrice provoque chez les gens?
  1. “J'ai bâti ma carrière sur ma personnalité, j’encourage celles qui n’ont pas confiance en elles à faire pareil”
    7sur7 à Hollywood

    “J'ai bâti ma carrière sur ma personna­lité, j’encourage celles qui n’ont pas confiance en elles à faire pareil”

    On dit souvent des clowns qu’ils sont les plus tristes. Ce n’est pas tout à fait le cas avec Rebel Wilson. Elle est drôle à l'écran et elle est drôle en vrai aussi. Elle est juste un peu moins exubérante bien que toujours un peu fantaisiste. Elle aime ainsi rappeler qu’elle est venue à Hollywood après “une hallucination” sur un lit d’hôpital au Mozambique. Délirante, elle a rêvé qu’elle faisait un discours d'acceptation aux Oscars. A New York, où nous l’avons rencontrée, elle nous racontait dans un sourire: “Quand je suis arrivée à Hollywood, mon but était de faire un film américain. Je me disais : si j’arrive à en tourner un, l’Australie, d’où je viens, pensera que je suis une star, me respectera.”