DeAndre Arnold a assisté aux Oscars dimanche soir, quelques semaines après avoir été suspendu de son école à cause de ses dreadlocks.
Plein écran
DeAndre Arnold a assisté aux Oscars dimanche soir, quelques semaines après avoir été suspendu de son école à cause de ses dreadlocks. © AFP

Il assiste aux Oscars après avoir été suspendu de son école à cause de ses dreadlocks

DeAndre Arnold, le lycéen texan qui a été suspendu de son école en décembre dernier pour avoir porté des dreadlocks, a assisté aux Oscars en compagnie de Gabrielle Union et de son mari Dwyane Wade, les producteurs du court-métrage “Hair Love”.

Dans une interview par téléphone donnée au New York Times quelques heures avant son départ pour Los Angeles, le lycéen de 18 ans a confié qu'il ressentait “de la fierté” et “une forme de validation” d’avoir été invité à la cérémonie ce dimanche. “Regardez-moi. Le garçon avec des dreads est aux Oscars. Je suis aux Oscars alors que tous les gens en colère sont restés chez eux”, a-t-il déclaré. 

DeAndre a été invité aux Oscars par l’ancien joueur de N.B.A. Dwyane Wade et sa femme, l’actrice Gabrielle Union, qui étaient producteurs d’“Hair Love”. Le film, qui a d’ailleurs remporté l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation, raconte comment un papa afro-américain apprend à coiffer les cheveux de ses filles pour la première fois.

(la suite sous la photo)

DeAndre et l'équipe du court-métrage "Love Hair".
Plein écran
DeAndre et l'équipe du court-métrage "Love Hair". © AFP

Interrogé sur ce qui l’excitait le plus à l’idée d’aller aux Oscars, l’adolescent a répondu:  “Je suis vraiment excité de voir toutes les célébrités. Juste d’être au même endroit qu’elles et de respirer le même air qu’elles, je suppose”.

Tradition familiale

Les dreadlocks ont toujours été une tradition familiale pour DeAndre. “Quand j'étais plus jeune, je les voyais partout du côté de la famille de mon père. Sur mes tantes et sur mes cousins", a-t-il expliqué. “J’adorais ça. Je me disais: ‘Moi aussi, je veux faire ça’". 

S'il a porté des dreadlocks tout au long de sa scolarité au lycée de Barbers Hill, au Texas, le jeune homme n’a été suspendu qu’en décembre dernier. La direction lui a en effet interdit d’assister à cérémonie de remise de diplômes s'il ne coupait pas ses dreadlocks, ce qu’il a refusé.

Plein écran
© AFP
Plein écran
© AFP
  1. Et si le film “Contagion” décrivait notre réalité?

    Et si le film “Contagion” décrivait notre réalité?

    Le film “Contagion”, réalisé par Steven Soderbergh et sorti en 2011, avait-il prévu l’épidémie de coronavirus? Le film raconte la propagation déroutante d’un virus qui se transmet via des surfaces touchées par les patients malades. Les responsables de la santé tentent désespérément d’identifier et de contenir la maladie. Le monde vire à l’anarchie. Et enfin, un vaccin est proposé pour arrêter la propagation. Si le film semble si proche de la réalité, c’est parce que Scott Z. Burns, le scénariste, a consulté des représentants de l’Organisation Mondiale de la Santé au sujet des tenants et des aboutissants des maladies infectieuses tandis que Kate Winslet a travaillé en collaboration avec le Centers of Disease Control and Prevention aux États-Unis pour interpréter son rôle d’épidémiologiste au mieux. Alors, si “Contagion” dit vrai, à quoi doit-on s'attendre?