Plein écran
La Reine des Neiges 2 est au cinéma ce mercredi 20 novembre. © Disney

“La Reine des Neiges 2": on ne s’attendait pas du tout à ça

CritiqueQuand nous l’avons rencontré à Los Angeles, le producteur des films “La Reine des Neiges” Peter Del Vecho nous expliquait que le deuxième film allait être “surprenant”. “Je ne pense pas que La Reine des Neiges 2 sera ce que les gens attendent mais ils seront surpris de la bonne façon.” Il avait raison.

Le succès de “La Reine des Neiges” a été retentissant. Mais un deuxième volet n’a pas été à l’ordre du jour tout de suite. “On n’avait pas du tout prévu de faire un deuxième film”, nous confiait Jennifer Lee, la réalisatrice, lors de notre rencontre à Los Angeles. “On a été évidemment très touchés et très surpris par l’accueil réservé au film. Mais on était passés à autre chose.” Peter Del Vecho, le producteur, est un jour rentré de voyage et a dit à Jennifer qu’il continuait à se demander d’où Elsa tenait ses pouvoirs et pourquoi Anna n’en avait pas. Ce fut le point de départ du deuxième film, qui débute trois ans après le premier. “On a compris qu’il y avait plus à raconter.” On a vu le film et on vous le dit franchement : “La Reine des Neiges 2" est meilleur que “La Reine des Neiges” premier du nom.

Enfin, des réponses

On retourne au royaume d’Arendelle où tout le monde vit heureux depuis la fin du dernier dessin animé. Tout le monde sauf peut-être Elsa, qui entend une voix qui l’appelle au loin, dans la forêt enchantée dont son père lui avait parlé, petite. Quand la nature se met à menacer la quiétude et l’avenir d’Arendelle, Elsa prend la route avec ses fidèles camarades, bien décidée à percer le mystère de cette forêt dont jamais personne n’est ressorti depuis qu’elle est enveloppée dans une brume épaisse. Dans “La Reine des Neiges 2", Elsa et Anna vont enfin savoir ce qui est arrivé à leurs parents. Et leurs découvertes vont leur permettre d’en savoir plus sur les jeunes femmes qu’elles sont aujourd’hui.

Plein écran
© Disney

Des thèmes profonds

C’est un dessin animé qui brasse des thèmes d’une profondeur assez rare pour le genre et de façon intelligente. On nous parle de la puissance de la nature et de l’importance de la respecter et on nous explique qu’il n’est jamais trop tard pour réparer les erreurs du passé. Les héroïnes sont intelligentes, portent des pantalons et n’ont pas besoin d’un homme pour les sauver. Anna, bien qu’en couple avec Kristoff, ne l’appelle pas à l’aide lorsqu’elle est dans de sales draps tandis qu’Anna n’a toujours pas d’intérêt amoureux, ce qui entretient le mystère sur le genre qu’elle préfère...

“Les films de Disney reflètent l’époque dans lesquels ils ont été tournés”, nous explique Jennifer. “Cendrillon était mon héroïne quand j’étais jeune. Elle persévérait malgré le harcèlement intense qu’elle subissait, j’y ai trouvé de la force dans une période difficile que je traversais. Dans La Reine des Neiges, on parle de la responsabilité d’être un meneur, de la responsabilité que tu as quand tu as de la force et du pouvoir. C’est quelque chose dont on parle beaucoup de nos jours.”

Plein écran
© Disney

On a failli pleurer

"La Reine des Neiges 2" est drôle. Si les enfants riront des facéties d’Olaf, il y a plein de références hilarantes destinées aux parents. On ne s’est pas encore remis de la chanson que Kristoff chante dans les bois ni de l’exaspération d’Elsa, qui revit son passé en déambulant au milieu de statues de glace et qui s’agace d’entendre les premières notes de “Libérée, délivrée”. 

“La Reine des Neiges 2" est émouvant. On a eu la gorge serrée et les larmes aux yeux lorsque Anna obtient, enfin, la réponse à toutes ses questions. C’est un roller coaster d’émotions en tout genre qui mérite amplement le prix d’une place de cinéma. Bien joué, Disney, on n’y croyait pas…

Plein écran
© Disney