Plein écran
Russell Crowe fait une apparition remarquée dans "True history of the Kelly Gang". © DR

La véritable histoire du criminel le plus célèbre d’Australie

7sur7 à TorontoSon nom ne vous dit peut-être rien. Il ne nous disait rien vendredi matin non plus. Mais Ned Kelly est une légende en Australie et sa “véritable histoire” est racontée au Festival International du Film de Toronto. La version de Ned Kelly, en tout cas.

“True History of the Kelly Gang” raconte l’histoire de cet homme, sorte de Robin des Bois de l’outback australien. Nous sommes au milieu des années 1800. Ned Kelly est encore un gamin quand il se voit forcé de devenir “l’homme de la famille”. Ned aime sa mère d’un amour sans limite, même quand il la voit s’agenouiller devant le sergent O’Neill dans l’espoir de gagner quelques dollars.

Plein écran
Le film est à voir pour la prestation habitée et enragée de George MacKay. © DR

Il est toujours un gamin quand il sauve un jeune voisin riche de la noyade. La mère de l’enfant veut le récompenser en lui offrant ses frais de scolarité dans un pensionnat chic. Mais la mère de Ned a d’autres projets pour lui. Elle le vend à l’un de ses amants de passage, Harry Power (joué par un Russell Crowe gras et barbu) dans l’espoir qu’il lui apprenne à “devenir un homme”. Comprenez: qu’il n'ait jamais peur d'abattre quiconque se dressera sur sa route. Déçu par sa mère et terrorisé par ce que Power l’a obligé à faire, Ned ne sera plus jamais le même...

Plein écran
Cette photo montre Ned Kelly à Melbourne. Elle n’est pas datée. Les restes de l’un des criminels les plus célèbres d’Australie ont été rendus à sa famille le 2 août 2012, 132 ans après son exécution. © AP

La courte vie de Ned, mort à 25 ans, ne sera que confiance et trahison, vengeance et rébellion. Si la narration de “True History of the Kelly Gang” n’est pas toujours évidente, le film est à voir pour son jeu d’acteurs, admirable. Dans le rôle principal, George MacKay est habité, possédé, enragé. Face à lui, Nicolas Hoult est aussi infect et doucereux que son personnage l’exige.

Le film se termine dans le feu et le sang et le public pourra désormais s’interroger éternellement sur la personne qu’était réellement Ned Kelly: un homme bon qui voulait prendre sa revanche sur une vie décevante ou un simple vilain mal éduqué et un peu fou qui avait juste envie d’en découdre?

Pour aller plus loin, un autre film sur Ned Kelly avait été réalisé en 2004. À l'affiche: le regretté Heath Ledger et Orlando Bloom.

Plein écran
Pour sa dernière bataille, Ned Kelly avait prévu des armures. © AP
Plein écran
© AP