Plein écran
© Roubaix, une lumière

Le film “Roubaix, une lumière” remporte le Bayard d'Or du meilleur film au FIFF

La fiction "Roubaix, une lumière", du Français Arnaud Desplechin, a remporté vendredi le Bayard d'Or du meilleur film dans la compétition officielle longs métrages, dont le jury était présidé par le cinéaste français André Téchiné. L'annonce a été faite lors de la cérémonie de clôture de la 34e édition du Festival international du film francophone (FIFF) de Namur. D'autres Bayard ainsi que plusieurs prix prestigieux ont également été décernés.

Le Bayard de la meilleure interprétation revient à Fantine Harduin et Thomas Gioria pour leurs rôles dans le film "Adoration" de Fabrice Du Welz. Celui du meilleur scénario a été attribué à Boris Lojkine et Bojina Panayotova pour "Camille", tandis que Virginie Surdej s'est vu remettre celui de la meilleure photographie pour son travail dans "By the Name of Tania" de Bénédicte Liénard et Mary Jiménez. Outre ces Bayard, le jury longs métrages a également décerné un prix spécial à ce même film, alors que "Kuessipan" de Myriam Verreault a reçu une mention spéciale.

Dans la compétition "Première oeuvre de fiction" du jury Emile Cantillon (composé de cinq étudiants en cinéma âgés de 18 à 25 ans et issus de la francophonie), c'est "Perdrix", de Erwan Le Duc, qui s'est vu attribué le prestigieux Bayard et "Les père de Nafi", de Mamadou Dia, a été récompensé par le Prix découverte.

Des prix récompensaient aussi les courts métrages, élus par un jury présidé par l'auteure, compositrice et interpète Juliette Armanet. "La Musique", de Jean-Benoît Ugeux, remporte le Bayard du meilleur court métrage. "Sous l'écorce", de Ève-Chems De Brouwer se voit décerner le Prix spécial du jury court métrage.

  1. Pourquoi les adultes aiment aussi les dessins animés Disney: secrets de fabrication
    7sur7 à Hollywood

    Pourquoi les adultes aiment aussi les dessins animés Disney: secrets de fabricati­on

    Ce n’est qu’un dessin animé, on sait donc que tout a été inventé. Et pourtant, les enfants ne sont pas les seuls à être hypnotisés face à l’écran géant. Les adultes sautent, eux aussi et avec un plaisir non dissimulé, à pieds joints dans l’univers Disney. “La Reine des Neiges”, dont le deuxième volet sort mercredi, ne s’adresse d’ailleurs pas qu’aux petits, au contraire. L’univers est plus sombre, plus complexe. Les jeunes enfants, d’ailleurs, pourraient bien avoir un peu peur dans la forêt mystérieuse du royaume d’Arendelle. Mais comment font-ils pour que tout ce qu’on voit à l’écran soit si convaincant?