Photo issue du film "The Barefoot Emperor".
Plein écran
Photo issue du film "The Barefoot Emperor". © DR

Le roi des Belges comme vous ne l’avez jamais vu: pieds nus

7sur7 à TorontoToronto a sauté à pieds joints dans le surréalisme belge, samedi soir, avec la présentation de “The Barefoot Emperor” (qu’on peut traduire par “l’empereur aux pieds nus”) signé Jessica Woodworth et Peter Brosens. Le film est la suite de “King of the Belgians”, sorti en 2016.

  1. “Je savais ce que Weinstein faisait, j’aurais dû lui dire qu’il allait tout faire foirer”, admet Tarantino

    “Je savais ce que Weinstein faisait, j’aurais dû lui dire qu’il allait tout faire foirer”, admet Tarantino

    Quentin Tarantino savait que le producteur Harvey Weinstein avait un comportement déplacé envers les femmes de son entourage. Il le savait bien avant la publication des articles dans le New York Times et le New Yorker. Harvey Weinstein a lancé la carrière de Tarantino après avoir acquis “Reservoir Dogs” au festival de Sundance en 1992. Et il a produit tous les films du réalisateur déjanté jusqu’à “The Hateful Eight”.
  2. Peu importe d'où l'on vient, on a le droit de rêver en grand: “In The Heights” le shoot de bonne humeur dont on avait besoin cet été

    Peu importe d'où l'on vient, on a le droit de rêver en grand: “In The Heights” le shoot de bonne humeur dont on avait besoin cet été

    À l’origine, “In The Heights” est une comédie musicale écrite par Lin-Manuel Miranda et Quiara Hudes. Elle a fait ses débuts en 2005 dans le Connecticut avant de connaître un succès retentissant à Broadway. Après plus de 1180 représentations, une tournée mondiale a été organisée: “In The Heights” a traversé les États-Unis, a été jouée aux Philippines, en Angleterre, au Japon ou encore en Australie. “In The Heights” poursuit son aventure: c’est désormais un film, à voir au cinéma dès aujourd'hui. Son titre en français: “D’où l'on vient”. En bref: c’est de la bonne humeur et du soleil en perfusion.
  3. Malaise lors de la conférence de presse de “Bac Nord”: “Je vais peut-être voter Le Pen après ce film”
    7sur7 à Cannes

    Malaise lors de la conférence de presse de “Bac Nord”: “Je vais peut-être voter Le Pen après ce film”

    Les dérives de la police vues du côté de l'uniforme: à rebours de nombreux films sur les quartiers sensibles, "Bac Nord" du réalisateur Cédric Jimenez, présenté à Cannes, plonge dans une affaire qui a fait vaciller la police marseillaise, en adoptant résolument le point de vue des fonctionnaires. Et cet angle de vue a interpellé un journaliste irlandais qui l'a fait savoir au réalisateur en conférence de presse: J’ai vu ça de l’œil d’un étranger et je me suis dit: Peut-être que je vais voter Le Pen après ça”.