Plein écran
© EPA

Le Studio 5 de Flagey rebaptisé en hommage à Agnès Varda

Le Studio 5 de l'Espace culturel Flagey, établi à Ixelles et dédié à l'image et au son, sera officiellement baptisé le 17 septembre prochain "Studio 5- Agnès Varda", portant ainsi le nom de l'icône légendaire du cinéma et représentante historique et féminine de la Nouvelle Vague. 

Agnès Varda est née dans la commune en 1928 d'un père grec et d'une mère française. Elle y résidera jusqu'à l'âge de 12 ans. Il y a quelques mois le Musée d'Ixelles avait présenté son travail d'artiste sur le thème "Patates & Compagnie", elle qui pratiqua également la photographie et les arts plastiques.

Figure majeure du cinéma indépendant

Agnès Varda, qui est décédée le 29 mars dernier, est une figure majeure du cinéma indépendant, poétique et engagé mais aussi une source d'inspiration pour de nombreux créateurs. Elle aura réalisé plus de trente films, documentaires, fictions et autobiographies et, en 2017, elle recevra, à Hollywood, un Oscar d'honneur pour l'ensemble de son œuvre alors qu'elle avait déjà été lauréate, deux ans plus tôt, de la Palme d'honneur du Festival de Cannes, également pour l'ensemble de son œuvre cinématographique.

Filmographie sélective

Elle réalisa notamment "Cléo de 5 à 7" (1962), "Sans toit, ni loi" (1985), "La pointe courte" (1954) ou encore "Les glaneurs et la glaneuse" (2000). Elle est, par ailleurs, docteur honoris cause de l'Université de Liège (2010) et lauréate du Prix de l'Académie royale de Belgique (2011). Elle a été l'épouse du réalisateur français Jacques Demy.

Le "Studio 5 - Agnés Varda" sera inauguré en présence de la fille de l'artiste, Rosalie Varda, elle-même créatrice de costumes pour le cinéma, le théâtre et l'opéra ainsi que directrice artistique. 

Plein écran
Flagey © photo_news
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© afp
  1. Adèle Haenel, dégoûtée par la victoire de Roman Polanski aux César, quitte la salle
    Play

    Adèle Haenel, dégoûtée par la victoire de Roman Polanski aux César, quitte la salle

    Malgré les manifestations violentes anti-Polanski devant la salle où se déroulait la cérémonie des César, ce vendredi à Paris, Roman Polanski a reçu le prix de la meilleure réalisation. Une annonce qui a jeté un froid dans l'assemblée. Adèle Haenel qui venait de voir le César de la meilleure actrice lui passer sous le nez a manifesté son dégoût en quittant la salle. Elle a été suivie par une partie du public.
  2. “Moi à l'époque des faits, j’avais 3 ans, j’étais au stade anal. Lui était à Hollywood, il était au même stade”
    Play

    “Moi à l'époque des faits, j’avais 3 ans, j’étais au stade anal. Lui était à Hollywood, il était au même stade”

    Florence Foresti est maître de cérémonie aux César et elle a réussi, avec son discours d’introduction, à mettre le cinéma français face à ses contradictions. Elle n’a pas hésité à évoquer les problèmes qui secouent le cinéma. Dans une vidéo où elle imaginait le discours qu’elle allait faire, elle a déclaré, s’imaginant devant son public: “Il y a des prédateurs dans la salle. Non, pardon, des producteurs. Sur le tapis rouge, vous n’oublierez pas de poser de face mais aussi de profil. Ça peut toujours servir.”