Virginie Efira et Niels Schneider
Plein écran
Virginie Efira et Niels Schneider © AFP

Le tapis rouge de Cannes en photos (update)

Mercredi 15 mai

  1. Blessure de l’acteur principal, Juliette Binoche manque de se noyer: le film maudit de Leos Carax
    7sur7 à Cannes

    Blessure de l’acteur principal, Juliette Binoche manque de se noyer: le film maudit de Leos Carax

    Leos Carax, se son vrai nom Alexandre Oscar Dupont, fait l’ouverture du Festival de Cannes ce soir avec “Annette”. Le dernier passage du réalisateur sur la Croisette remonte à 2012 avec “Holy Motors”. Dans sa (courte) filmographie, c’est surtout le film “Les amants du Pont Neuf” et son tournage chaotique qui a marqué les esprits. Retour sur les multiples rebondissements qui ont émaillé la production de ce qui aurait dû être “un petit film en noir et blanc tourné en Super 8". L’histoire est celle d’un SDF et d’une femme qui perd peu à peu la vue.
  1. Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux
    Interview à Cannes

    Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux

    C’est la bonne surprise de fin de Festival: Joachim Lafosse, réalisateur belge sélectionné pour la première fois en compétition, est venu nous cueillir avec “Les intranquilles”, un film qui parle de bipolarité. C’est un sujet très spécifique et à la fois incroyablement universel. “Les intranquilles" est un film d'amour qui interroge: comment on fait pour aimer l’autre quand il ne remplit plus sa part du contrat? Quand il va mal? Comment faire pour ne pas s’enfoncer avec lui, pour l’aider tout en continuant sa vie? Peut-on encore se projeter dans l’avenir? À l'affiche, Leïla Bekhti et Damien Bonnard sont époustouflants. L'un comme l’autre peuvent prétendre à un prix d'interprétation. Joachim Lafosse a un don pour magnifier ses acteurs. Ce n’est pas Emilie Dequenne, récompensée pour “À perdre la raison” en 2012, qui dira le contraire.