Le tournage était hanté, voici ce qu'ils ont fait pour se protéger du pire

7sur7 à HollywoodQuand il s'est mis à travailler sur le film "The Curse of La Llorona", au cinéma mercredi, le réalisateur Michael Chaves avait des certitudes bien ancrées. "J'ai été élevé comme catholique. Je suis un croyant mais je ne crois pas en l'église depuis un moment. Et je ne crois pas aux esprits. Enfin, je n'y croyais pas", nous confiait-il récemment lors d'une interview nocturne dans les studios de Warner Bros à Los Angeles. Mais sur le tournage, il s'est passé "des choses"...

Plein écran
© DR

Des bruits de pas à l'étage d'une maison désertée de ses habitants, l'équipe de tournage subitement malade en même temps... Patricia Velasquez, qui joue Patricia dans le film, a été réveillée le premier jour du tournage brutalement. "J'ai été réveillée par un cri terrible, un sanglot. J'ai couru voir ma fille. Je n'ai pas réalisé tout de suite que c'est la Llorona que j'avais entendue..." L'actrice croit dur comme fer à l'existence de cette femme en blanc dont l'esprit ne s'apaise pas depuis qu'elle a noyé ses enfants.

"Je viens du Venezuela et j'ai grandi au Mexique. J'ai entendu l'histoire de La Llorona pour la première à l'âge de 5 ou 6 ans. C'est mon frère qui me l'a racontée. Ce n'est pas une légende, ce n'est pas un conte populaire, c'est une entité. Elle est très réelle." Faire un film sur elle, c'était se risquer à la voir débarquer. Patricia confie sans sourciller: "La Llorona est là, elle est très présente. Beaucoup de gens vous diront qu'elle les a touchés, qu'ils l'ont vue ou entendue. Tout le monde a toujours quelque chose à dire au sujet de La Llorona. Des enfants continuent à disparaître et ne sont jamais retrouvés. Qui a fait ça? C'est peut-être elle. Ce film m'a permis de la comprendre. En tant que mère, je comprends sa peur et sa peine."

Le tournage bénit
Avant le début du tournage, un prêtre et un curandero, un chaman d'Amérique latine, sont venus bénir ceux qui le souhaitaient. "On a fait venir un prêtre et un curandero sur le tournage pour que ceux qui désiraient être libérés du mal puissent l'être. Parce que vous appelez ces entités négatives et si vous ne faites pas attention, elle pourrait se montrer et s'attacher à vous", explique Raymond Cruz, qui joue un curandero à l'écran.

Le réalisateur Michael Chaves confie: "C'était mon premier limpia (un nettoyage spirituel, NdlR) et ça vous rend assez humble. On a tous senti le grand pouvoir qu'il y avait là-dedans. C'était un moment profondément méditatif qui a affecté tout le monde sur le set." Il a, depuis, un peu moins de certitudes...

Plein écran
© DR
Plein écran
© DR