Plein écran
Sur cette image, on peut voir que les barres en fer auxquelles Buzz est attaché ne sont pas tout à fait droites et qu’elles ont des défauts. C'est fait exprès: il faut que tout soit parfaitement imparfaits pour que vous trouviez ça normal. © Pixar

Les secrets de fabrication complètement fous de Toy Story 4

7sur7 à HollywoodOn vous en parlait ici: 7sur7 a eu la chance de pousser la porte des bureaux du géant de l’animation Pixar, à Emeryville, près de San Francisco. Nous avons pu découvrir les coulisses de fabrication de “Toy Story 4" qui sort au cinéma ce mercredi, neuf ans après le dernier film de la saga. Un seul mot pour résumer notre sentiment après ce coin du voile levé: waouh!

En coulisses, ils sont des dizaines et des dizaines à donner vie à Woody, Buzz et compagnie. Le premier “Toy Story” est sorti en 1995. Bill Reeves, le Global Technology Supervisor, se souvient: “On ne savait absolument pas ce qu’on faisait. On résolvait les problèmes au fur et à mesure qu’ils se présentaient.” Les équipes se sont agrandies au fur et à mesure des années et du succès de Pixar au box-office. Les 129 employés du départ sont désormais 1247.

Plein écran
Image issue du film "Toy Story 4". © Pixar

Chacun a un rôle très précis à jouer. Le Set Supervisor était par exemple chargé de créer le magasin d’antiquités de “Toy Story 4" que vous pouvez déjà apercevoir dans la bande-annonce ci-dessous. Cette espace gigantesque est pleine de 10.000 objets et a mis deux ans à être crée pour un rendu parfait à l’écran. Le Director of Photography, chez Pixar depuis 22 ans, estime que c’est “la scène la plus difficile” qu’il ait été amené à tourner depuis le début de sa carrière. La salle est pleine de miroirs, de vases, de vaisselle: il fallait étudier avec précision comment les personnages allaient se refléter dans chacun des objets selon leur texture et placer les caméras en fonction des effets désirés. Vous imaginez le casse-tête.

Plein écran
Pour filmer les personnages dans le magasin d'antiquités, il a fallu faire attention à tout: à la façon dont les personnages se reflètent dans chaque objet et à leur façon de se mouvoir. © Pixar

Des références aux autres films Pixar cachés un peu partout

Tandis qu'on discute du magasin d’antiquités, les équipes créatives nous expliquent s’être amusées à cacher des objets qui font directement référence aux précédents dessins animés dans “Toy Story 4". Un œil attentif devrait apercevoir le bouclier de Merida de “Brave “ dans le magasin d’antiquités, la guitare de “Coco” dans les prix à gagner à la fête foraine tandis que la pompe à essence où s’arrête les parents de Bonnie s'appelle Dinoco: c’est le nom de la pompe à essence de “Cars”. Ce ne sont que trois exemples parmi de nombreux autres.

Les Animation Supervisors sont, eux, chargés de “définir des émotions humaines” pour chaque personnage. “On enregistre les voix avant ça. Tom Hanks est donc venu en studio faire la voix de Woody. Ça prend ensuite des semaines pour animer les personnages en fonction des voix déjà enregistrées et des émotions voulues.”

Tout est dans le détail

On a également rencontré l’équipe chargée de gâcher un peu le rendu trop parfait des images d’origine. “Tout doit être parfaitement imparfait.” Il faut que tout semble réel, que les spectateurs admettent d’emblée que les jouets évoluent dans leur univers. Tout est donc pensé avec un sens du détail complètement fou. 

Par exemple, les tuiles du magasin d’antiquités ne s’emboîtent pas parfaitement, les feuilles du buisson dans lequel se cache Woody sont trouées et leurs contours ne sont pas lisses et les vêtements du cow-boy sont boulochés. Il faut montrer avec subtilité que les jouets ont vieilli, que de l’eau a coulé sous les ponts. Buzz a quelques griffes sur son costume tandis que ses autocollants sont un peu décollés et décolorés à cause de l’usure. Regardez bien: les grillages de la fête foraine sur lesquels Buzz est attachés ne sont pas tout à fait droits. S’ils étaient, ça chiffonnerait votre subconscient.

Plein écran
Sur cette image, on peut voir que les barres en fer auxquelles Buzz est attaché ne sont pas tout à fait droites. C'est fait exprès: il faut que tout soit parfaitement imparfaits pour que vous trouviez ça normal. © Pixar

Autre anecdote délivrée par l’équipe en charge de tous ces petits détails: les jouets évoluent souvent sur des sols sales, poussiéreux et mal éclairés. Pourquoi? Parce que votre esprit comprend d’emblée que ces lieux ne sont pas fréquentés par les humains. C’est peut-être un détail pour vous, dit comme ça, mais cette précision explique le succès de la franchise “Toy Story”. “Toy Story 4" sort demain dans les salles belges.

Plein écran
Les détails sont d'une importance capitale dans "Toy Story". Il faut que le spectateur comprenne en une image que les jouets évoluent dans un monde d'humains. Ici, la poussière sert à montrer au subconscient que les jouets se cachent des humains en fréquentant des endroits qu'ils ne foulent pas. © Pixar