Julia Ducournau récompensée pour "Titane" dans les bras de Vincent Lindon.
Plein écran
Julia Ducournau récompensée pour "Titane" dans les bras de Vincent Lindon. © AFP

Palme d’Or pour le film choc “Titane”, gros cafouillage pendant la cérémonie, rien pour la Belgique

La cérémonie de clôture du Festival de Cannes n’a été que cafouillages. Spike Lee n’a rien compris au déroulement de l'événement. Ou bien peut-être a-t-on oublié de lui expliquer? Le jury a, en tout cas, donné la Palme d’Or à “Titane”, le film choc, sexuel et sanglant de la Croisette.

  1. Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux
    Interview à Cannes

    Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux

    C’est la bonne surprise de fin de Festival: Joachim Lafosse, réalisateur belge sélectionné pour la première fois en compétition, est venu nous cueillir avec “Les intranquilles”, un film qui parle de bipolarité. C’est un sujet très spécifique et à la fois incroyablement universel. “Les intranquilles" est un film d'amour qui interroge: comment on fait pour aimer l’autre quand il ne remplit plus sa part du contrat? Quand il va mal? Comment faire pour ne pas s’enfoncer avec lui, pour l’aider tout en continuant sa vie? Peut-on encore se projeter dans l’avenir? À l'affiche, Leïla Bekhti et Damien Bonnard sont époustouflants. L'un comme l’autre peuvent prétendre à un prix d'interprétation. Joachim Lafosse a un don pour magnifier ses acteurs. Ce n’est pas Emilie Dequenne, récompensée pour “À perdre la raison” en 2012, qui dira le contraire.