Plein écran
© ©ELaurent

Pourquoi Alex Vizorek a accepté ce job très délicat

InterviewAlex Vizorek a beau avoir été adopté par les Français, il n'oublie pas pour autant d'où il vient. L'humoriste assurera la présentation des Magritte du cinéma ce samedi 2 février depuis le Square (et sur La Deux). Un job connu pour être casse-gueule. James Franco et Anne Hathaway étaient gênants à la présentation des Oscars, Laurent Lafitte a dû longtemps regretter d'avoir accepté de jouer le maître de cérémonie au Festival de Cannes... Cette année d'ailleurs, les Oscars n'ont toujours aucun présentateur connu à ce jour, après la défection de Kevin Hart pour un vieux tweet homophobe ressorti des profondeurs de Twitter.

Citation

Je n'ai pas d'amis dans le milieu du cinéma mais je n'ai pas d'ennemis non plus. Je ne me priverai pas d'un bon mot si je dois le faire.

Alex Vizorek, présentateur des Magritte
Plein écran
© ©ELaurent

Mais pourquoi diable Alex, à qui tout réussit plutôt bien, a-t-il accepté une telle mise en danger? Il se marre et analyse: "Je ne suis pas présentateur mais je sais ménager mes effets d'humoriste. Quand les humoristes l'ont fait, ça s'est bien passé. Je pense à Jérôme Commandeur, Valérie Lemercier, Florence Foresti aux César..." Aux Magritte, Alex succède à Charlie Dupont et Fabrizio Rongione. "Moi j'arrive un peu avec mes gros sabots et mon envie de bien faire. Je n'ai pas d'amis dans le milieu du cinéma mais je n'ai pas d'ennemis non plus. Je ne me priverai pas d'un bon mot si je dois le faire, je ne suis pas inquiet à l'idée qu'on ne me fasse plus travailler étant donné que le cinéma belge ne me fait pas de proposition."

Verrait-on dans cette dernière phrase une petite provocation? Peut-être bien. "J'ai une filmographie de cinq films. J'ai trouvé ça super d'aller sur les plateaux de tournage mais ça a quand même quelque chose qui m'éloigne de mon plaisir de créateur. Tu es au service d'un truc. C'est une autre palette que la mienne. Je pense être un auteur. Mais si les réal' m'imaginent quelque part, ça me fait plaisir. Beaucoup d'humoristes espèrent être remarqués et faire du cinéma. Honnêtement, je préfère que mon spectacle soit bon... Après, s'il y a les deux, je prends. Sans vous en dire trop, il y a une grosse surprise dans la capsule d'ouverture des Magritte. Et je pense que je me démerde pas trop mal à côté de gens qui sont quand même des pointures. Peut-être que ça donnera des idées à certains réalisateurs mais je n'ai pas accepté la présentation des Magritte pour ça."

Déjà bien occupé par l'émission Par Jupiter! sur France Inter, par son seul en scène et par ses chroniques chez Thierry Ardisson, Alex Vizorek travaille d'arrache-pied pour ne pas se planter. "Je reçois dix mails par heure. On est quatre dans mon équipe et on essaie d'optimiser chaque vanne. C'est un gros travail, comme un spectacle en fait, même si ça ne doit pas en être un. Ce n'est pas l'Alex Vizorek Show." Le but de la manoeuvre est évidemment de détendre l'atmosphère, un peu coincée dans ce genre d'événement. À croire que s'esclaffer est mal vu. "Les Magritte, c'est quand même un peu plus détendu que les César", se rassure-t-il. "Le trophée n'a pas la même importance, même si j'espère que ça changera un jour. Le César, ça peut changer une carrière. C'est normal d'arriver stressé à la cérémonie."

Acharné de travail, Alex Vizorek confiait récemment dans Hep Taxi! avoir mis sa vie privée et sociale de côté pour l'instant et ce, depuis quelques années. Il refuse de s'en plaindre. "Je suis un extrêmement chanceux: je fais partie de ceux qui ont beaucoup de travail, de sollicitations, je me sens privilégié. Après, est-ce que j'ai choisi ce métier pour ne pas devoir me poser des questions sur ma vie sociale et familiale? Ce n'est pas impossible..."

Les Magritte seront retransmis en live dans la salle Grand Eldorado de l'UGC De Brouckère à Bruxelles. Le début de la retransmission est prévu à 20 heures mais les festivités débuteront dès 17 heures avec la présentation en avant-première de "Duelles" un thriller d'Oliver Masset-Depasse. Un cocktail dînatoire est prévu. Tickets en vente au prix de 12 euros sur le site de l'UGC.

"J'ai compris que ce métier-là était le mien"

Le spectacle "Alex Vizorek est une oeuvre d'art" s'arrêtera l'année prochaine, après 10 ans et un jour. Occupé en télé et en radio, l'humoriste est bien obligé d'étaler ses dates de tournée. Ce qui explique la longévité de la chose. "Ces 10 ans ont changé ma vie et ma vie de comédien. La première fois que tu montes sur scène, tu te dis que c'est peut-être la dernière. Avec ce spectacle, j'ai compris que ce métier-là était le mien. Si la radio et la télé ne veulent plus de moi, je sais que je pourrai toujours faire ça. Ce spectacle m'a amené du travail: je n'aurais pas présenté les Magritte sans le spectacle." 

Et aurait-il présenté les Magritte s'il n'avait pas percé en France? Pas sûr... "L'idée de nous acoquiner Charline et moi dans une émission de radio, c'est la France qui l'a eue. Mais je ne jette la pierre a personne. Je compare souvent ça au foot. Il y a des clubs sympas où les joueurs sont bien formés mais après, ils doivent aller dans un grand club qui sait jouer le titre. Après, il faut aussi laisser des choses à la Belgique. En France, on me parle souvent du Grand Cactus, de la liberté qu'on nous donne en Belgique... Il ne faut pas jeter la pierre aux Belges, ni sous-estimer le pouvoir des réseaux sociaux: Kody, il fait des chiffres, des 4, 5 millions de vues, que je n'ai jamais faits avec France Inter."