Regina King a ouvert les Oscars en confiant que si Derek Chauvin n'avait pas été reconnu coupable, elle aurait troqué ses talons hauts contre des bottes de combat.
Plein écran
Regina King a ouvert les Oscars en confiant que si Derek Chauvin n'avait pas été reconnu coupable, elle aurait troqué ses talons hauts contre des bottes de combat. © EPA

Regina King ouvre les Oscars en parlant de Derek Chauvin: “J'ai un garçon noir et je connais la peur”

Regina King a ouvert la cérémonie des Oscars en parlant d’injustice raciale et du verdict de culpabilité rendu la semaine dernière à Minneapolis. Le policier blanc Derek Chauvin a été reconnu coupable du meurtre de George Floyd. “Nous pleurons la perte de tant de gens. Je dois être honnête: si les choses s’étaient passées différemment la semaine dernière à Minneapolis, j’aurais peut-être troqué mes talons contre des bottes de combat”, a déclaré l’actrice.

  1. Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux
    Interview à Cannes

    Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux

    C’est la bonne surprise de fin de Festival: Joachim Lafosse, réalisateur belge sélectionné pour la première fois en compétition, est venu nous cueillir avec “Les intranquilles”, un film qui parle de bipolarité. C’est un sujet très spécifique et à la fois incroyablement universel. “Les intranquilles" est un film d'amour qui interroge: comment on fait pour aimer l’autre quand il ne remplit plus sa part du contrat? Quand il va mal? Comment faire pour ne pas s’enfoncer avec lui, pour l’aider tout en continuant sa vie? Peut-on encore se projeter dans l’avenir? À l'affiche, Leïla Bekhti et Damien Bonnard sont époustouflants. L'un comme l’autre peuvent prétendre à un prix d'interprétation. Joachim Lafosse a un don pour magnifier ses acteurs. Ce n’est pas Emilie Dequenne, récompensée pour “À perdre la raison” en 2012, qui dira le contraire.