Plein écran
© EPA

Rencontre avec l’acteur qui fait l’unanimité: “J’ai dû réapprendre à mal jouer”

7sur7 à HollywoodEst-il possible que quelqu’un puisse ne pas aimer Will Smith? Depuis la fin des années 80 et la mythique série “Le Prince de Bel Air”, l’acteur de 51 ans (depuis le 25 septembre) bénéficie d’un capital sympathie sans précédent. Drôle, charismatique, bankable, sincère, papa cool, mari attentionné, Will Smith semble n’avoir aucun défaut et a le don de transformer n’importe quelle personne normalement constituée en groupie hystérique. On a encore pu le constater lors de la première de “Gemini Man” à Los Angeles ou de la présentation du film à la presse chez YouTube. Will Smith a un autre don: celui de sauver un film. Sa présence à l’écran suffit généralement à justifier le prix d’une place de cinéma. Heureusement pour “Gemini Man” qui, malgré une prouesse technologique incroyable, n’est pas le chef-d’œuvre espéré. Rencontre.

Dans “Gemini Man”, signé Ang Lee, Will Smith joue un tueur professionnel soudainement pris pour cible par un jeune agent qui peut prédire n’importe lequel de ses mouvements. Son double parfait est âgé de 23 ans. Le Will Smith d’aujourd’hui fait face au Will Smith d’hier tout au long du film. “Junior n’est pas mon visage rajeuni”, précise Will Smith que nous avons rencontré à Los Angeles. “Ils n’ont pas adouci mon visage pour paraître plus jeune. C’est un humain digital à 100%. Comme l’est le tigre dans le film “Life of Pi”. Ils ont utilisé un vrai tigre pour comprendre le mouvement mais c’est un tigre qui a été créé virtuellement à 100%.” 

“Junior est le premier personnage humain digital. C’est spectaculaire”, se réjouit-il, confiant au passage avoir été presque “effrayé” par le résultat. “On ne peut pas feindre l’innocence. Un jeune acteur n’a pas de mal à jouer quelqu’un de plus vieux mais un vieil acteur va avoir du mal à jouer quelqu’un de plus jeune. C’est difficile voire impossible... Ce que tu sais se voit dans tes yeux. C’est dans tes cellules. Et eux, ils ont réussi à créer cette innocence dans le regard de Junior. C’est une prouesse.”

Plein écran
© AP
Citation

Quand j’étais jeune, j'étais naïf, ambitieux et agressif. Il y a du pouvoir dans la naïveté. J'essaie d'y revenir. Si je croisais Will Smith jeune, je lui demande­rais conseil. Parce qu'il n'a pas fait trop de mauvais choix. Je n'en serais pas là sans lui. Ces dernières années, je me suis senti coincé par le succès que j'avais et les choix que je faisais étaient moins audacieux parce que j'essayais de protéger "Will Smith". À mes 50 ans, je me suis dit ‘fuck it’. J'ai sauté d'un hélicoptère au-dessus du Grand Canyon. J’essaie de retrouver ce côté sans peur.”

Will Smith
Plein écran
© AP

Si Junior est créé virtuellement, c’est bien Will Smith qui lui donne vie. Il a dû puiser dans ses souvenirs de jeune acteur pour être crédible. “Avant même que je ne rencontre Ang, il avait passé en revue toute ma filmographie. Il a pris des choses du Prince de Bel Air, de Six Degrees of Separation, de Bad Boys, Independence Days, Men in Black. Il m’a dit: alors ça j’aime bien quand tu fais ça à ce moment-là mais ça je ne veux pas voir ça à l’écran. On a créé un langage pour mon personnage.”

Plein écran
© AP

“J’ai presque dû réapprendre à mal jouer”, lance-t-il dans un rire franc. “Je suis retourné à l’époque où je ne savais pas comment faire. À cette honnêteté qu'on a avant de savoir où est la lumière, comment se tenir, comment faire pour que les gens applaudissent la star de cinéma.”

Will Smith est bluffé par l’avancée de la technologie et évidemment heureux de porter le projet qui confirme son goût pour la science-fiction. “J’aime l’idée philosophique qui dit qu’on plante tous les graines de notre propre destruction. Nous sommes nos propres ennemis. On fait des choix et on prend des décisions dans nos vies qui déclenchent certaines choses et qui fait qu’on ne peut pas blâmer les autres pour ça. “Gemini Man” est une façon intelligente et créative de dire que nous sommes les architectes de notre propre élévation ou de notre propre chute. C’est pour ça que j’aime tant la science-fiction: tu peux mettre ces choses sous un paysage visuel incroyable.”

Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
  1. Détenue droguée, servante écarlate et strip-teaseuse: “Ce n’était pas mon rêve”
    7sur7 à Hollywood

    Détenue droguée, servante écarlate et strip-teaseuse: “Ce n’était pas mon rêve”

    Madeline Brewer nous appelle depuis le jardin de la maison de ses parents, dans le New Jersey. C’est là qu’elle a grandi. Elle s’accorde quelques jours de repos après la promotion intense de “Queens” au Festival de Toronto. Elle joue Dawn, une strip-teaseuse qui rejoint le gang de Ramona (Jennifer Lopez) juste avant la chute. Si son nom ne vous dit rien, son visage vous est sûrement familier.
  2. Lady Gaga remporte le prix de “la meilleure bande originale” au Festival du film de Gand

    Lady Gaga remporte le prix de “la meilleure bande originale” au Festival du film de Gand

    Lady Gaga a remporté le prix de la "meilleure bande originale" lors de la 46e édition du Festival du film de Gand, ont annoncé vendredi les organisateurs. La chanteuse américaine a été primée pour son titre "Shallow", issu du film "A star is born". Le compositeur Nicholas Britell, américain également, et la violoncelliste islandaise Hildur Guðnadóttir ont, eux, été couronnés aux World Soundtrack Awards du festival gantois.