Plein écran
© "Marbie, star de Couillu les deux églises"

Soupçons de tricherie aux Magritte

Dominique Dubuisson et Dominique Smeets respectivement producteur et réalisatrice du film "Marbie, star de Couillu les deux églises" ont fait état vendredi matin lors d'une conférence de presse à Charleroi d'un certain nombre de soupçons entourant l'attribution du Magritte du meilleur premier film à l'oeuvre "Je te survivrai". Leur long métrage en compétition pour ce prix aurait selon eux été en tête des votes du public durant plusieurs semaines avant de "mystérieusement" se faire dépasser.

L'équipe du film "Marbie, star de Couillu les deux églises" a dénoncé notamment l'absence d'un huissier susceptible de veiller au bon respect de la procédure ainsi que des changements de date pour le terme de la période des votes.

Son avocat a introduit dernièrement une requête en référé auprès de la présidente du tribunal de première instance de Charleroi pour obtenir les résultats du vote auprès du webmaster.

"Les déclarations du webmaster effectuées devant huissier indiquent que pendant très longtemps, le film Marbie a été en tête des scores. Le webmaster a communiqué l'évolution des scores à des membres de l'académie Delvaux, qui est titulaire des Magritte, avant le terme des votes", a affirmé l'avocat Jean-Claude Derzelle.

Selon Dominique Dubuisson, qui s'appuie sur les données obtenues auprès du webmaster, l'évolution des votes est linéaire pour l'ensemble des films sauf pour "Je te survivrai", qui du 15 au 25 janvier a vu sa courbe prendre une ascension verticale "surprenante".

Me Derzelle a demandé à l'académie Delvaux de disqualifier le film "Je te survivrai". Au nom de ses clients, il se réserve le droit d'intenter une action devant un tribunal civil.

  1. Rencontre avec l’acteur qui fait l’unanimité: “J’ai dû réapprendre à mal jouer”
    7sur7 à Hollywood

    Rencontre avec l’acteur qui fait l’unanimité: “J’ai dû réapprend­re à mal jouer”

    Est-il possible que quelqu’un puisse ne pas aimer Will Smith? Depuis la fin des années 80 et la mythique série “Le Prince de Bel Air”, l’acteur de 51 ans (depuis le 25 septembre) bénéficie d’un capital sympathie sans précédent. Drôle, charismatique, bankable, sincère, papa cool, mari attentionné, Will Smith semble n’avoir aucun défaut et a le don de transformer n’importe quelle personne normalement constituée en groupie hystérique. On a encore pu le constater lors de la première de “Gemini Man” à Los Angeles ou de la présentation du film à la presse chez YouTube. Will Smith a un autre don: celui de sauver un film. Sa présence à l’écran suffit généralement à justifier le prix d’une place de cinéma. Heureusement pour “Gemini Man” qui, malgré une prouesse technologique incroyable, n’est pas le chef-d’œuvre espéré. Rencontre.